Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

VIDÉO - L’histoire de la "Veuve noire" de la Côte d'Azur

jeudi 10 janvier 2019 à 17:21 Par Isabelle Lassalle, France Bleu, France Bleu Azur et France Bleu Provence

Condamnée en janvier 2018 à 22 ans de prison pour avoir empoisonné et escroqué plusieurs hommes âgés dont deux sont morts dans des conditions suspectes, Patricia Dagorn est rejugée en appel ce jeudi 10 janvier à Aix-en-Provence. Retour sur la chronologie des faits.

Patricia Dagorn, lors de son procès en janvier 2018 à Nice.
Patricia Dagorn, lors de son procès en janvier 2018 à Nice. © AFP - BENOIT PEYRUCQ

Côte d'Azur, France

Juillet 2011, premiers soupçons après la découverte du cadavre d'un sexagénaire dans un hôtel meublé de Nice. Michel Kneffel, un marginal avec qui elle vivait. Mais aucune charge n’est retenue contre elle. Un an plus tard, Patricia Dagorn attire l’attention sur elle en Haute-Savoie. Elle fait la connaissance, à Annemasse, d'un veuf de 87 ans, Robert Mazereau. Il accepte de l’héberger en échange de relations sexuelles. Mais elle l’agresse et se voit infliger sa première condamnation à cinq ans de prison en 2013.

Deux assassinats présumés

Cette histoire relance le dossier Kneffel. Dans les affaires de Patricia Dagorn, les enquêteurs retrouvent des flacons de valium et des documents au nom d'une dizaine d'hommes différents, du simple RIB jusqu'au chéquier en passant par des copies de papiers d'identité ou de carte vitale.

L’enquête permet également de remonter la piste jusqu'à un autre assassinat présumé, celui de Francesco Filippone. Âgé de 85 ans, il a été retrouvé en état de décomposition avancée, chez lui, dans sa baignoire, en février 2011 à Mouans-Sartoux. Quelques jours avant, Patricia Dagorn encaisse un chèque de 21.000 euros de l'octogénaire. Elle assure qu’il voulait l'aider à monter une bijouterie.

Deux victimes d’empoisonnement

Arrivée de Sarrant dans le Gers, Patricia Dagorn aurait connu au moins une vingtaine d'hommes sur la Côte d'Azur de 2011 à 2012, principalement par le biais d'une agence matrimoniale. La plupart se voient réclamer des demandes d'argent, la rédaction d'un testament, ou subir le vol de documents divers ou dans certains cas, accusé d’une plainte pour viol. Ange Pisciotta, 83 ans, et Robert Vaux, 92 ans, deux victimes d’empoisonnement, ont survécu.

Jugée pour les assassinats de Michel Kneffel et de Francesco Filippone, Patricia Dagorn est aussi accusée d'avoir administré à MM. Pisciotta et Vaux des médicaments pour les affaiblir. Pour le premier lors d'un dîner chez lui à Nice le 26 décembre 2011. Le second l'hébergeait à Fréjus début 2012 et avait vu sa santé décliner de façon alarmante.

Incarcérée depuis 2012, Patricia Dagorn a été condamnée, en janvier 2018, à 22 ans de réclusion criminelle. Son procès en appel débute ce jeudi 10 janvier 2019 à Aix-en-Provence.