Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - "Les pompiers du Gard doivent travailler en sécurité"

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Une cinquantaine de pompiers du Gard ont déposé leur casque ce lundi matin devant les grilles de la Préfecture du Gard à Nîmes. Suite aux agressions dont ils sont victimes, ils demandent davantage de protection pour intervenir sereinement.

Des masques de pompiers devant la préfecture du Gard pour demander davantage de protection
Des masques de pompiers devant la préfecture du Gard pour demander davantage de protection © Radio France - Sylvie Duchesne

La goutte d'eau qui a fait déborder le vase, c'est cette agression mi juillet à Marguerittes près de Nîmes. Deux pompiers envoyés sur place pour un chat blessé sont pris à partie par une quinzaine de jeunes de la commune quand l'animal décède. "On a eu droit à des injures, des bousculades, des coups et des jets de pierres témoigne Jérémy, l'un des pompiers. Mon collègue a reçu une pierre sur la tête. Pour nous, c'est de la violence gratuite qu'on ne devrait pas subir en tant que sapeur-pompier."

Deux des agresseurs ont été interpellés et jugés en comparution immédiate. Ils ont été condamnés à six et huit mois de prison avec sursis.  

Jérémy, un des pompiers agressés à Marguerittes

"On veut un signal fort du préfet" 

Nicolas Nadal du syndicat SUD ne remet pas en cause la décision de la justice mais il demande des sanctions exemplaires face à ces agressions. "Du sursis face à des agressions de sapeurs-pompiers, on peut se demander si demain on ne va pas continuer à se faire agresser parce qu'on ne prend "que" du sursis. Les pompiers en ont ras-le-bol, ils se sentent en insécurité.

Ce qu'on demande au Préfet, c'est : agissez, protégez-nous et assurez notre sécurité. Nos collègues de la police, ils sont peu nombreux. Nous aujourd'hui , ce qu'on attend, c'est que les effectifs de police soient renforcés pour qu'ils puissent être à nos côtés quand on intervient et qu'on ne sent pas en sécurité.

Nicolas Nadal, du syndicat SUD

"On essuie le ras-le-bol que ressent la population"

Plus largement, les pompiers ont le sentiment de subir les effets du climat social actuel. "Il y a des gens aujourd'hui qui se sentent tès mal et nous quand on intervient, parfois on est pris à partie. On est des représentants de l'État donc aujourd'hui, quand on arrive avec un gyrophare, un uniforme, les gens font l'amalgame.

On a heureusement des médiateurs dans les quartiers qui font un travail remarquable pour expliquer ce que sont les sapeurs-pompiers, ce qu'on fait et ce qu'on représente mais ça ne fait pas tout. Ce dont on a peur, c'est qu'un jour, un pompier puisse être violent face à une agression." Les pompiers ont été reçus par la directrice de cabinet du préfet. Ils ont également obtenu un rendez-vous au ministère de l'Intérieur le 27 août. 

Nicolas Nadal, du syndicat SUD
Nicolas Nadal, du syndicat SUD © Radio France - Sylvie Duchesne

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess