Faits divers – Justice

VIDÉO - Les quatre otages français au Niger sont libres

Par Germain Arrigoni, France Bleu mardi 29 octobre 2013 à 20:45 Mis à jour le mercredi 30 octobre 2013 à 8:45

Les portraits des otages français enlevés au Niger avaient été affichés sur la façade de la mairie du 4e arrondissement de Paris
Les portraits des otages français enlevés au Niger avaient été affichés sur la façade de la mairie du 4e arrondissement de Paris © Maxppp

François Hollande a annoncé jeudi que les quatre otages français retenus à Arlit au Niger ont été libérés et arriveront en France mercredi aux alentours de midi. Ils avaient été enlevés le 16 septembre 2010.

Après plus de trois ans de calvaire, Pierre Legrand, Thierry Dol, Marc Feret et Daniel Larribe sont libres. C'est François Hollande qui l'a annoncé mardi à en marge d'une visite en Slovaquie. Le président de la République a exprimé sa "gratitude au président du Niger qui a réussi à obtenir (leur) libération".

 

"Je suis heureuse, émue" , a déclaré à l'AFP Brigitte Laur, la tante de Pierre Legrand. "On a tellement attendu… Merci à tous ceux qui nous ont soutenus, merci" , a-t-elle ajouté, des sanglots dans la voix. "Après trois ans, on a du mal y croire."

Les otages attendus en France mercredi 

Dans la capitale du Niger, les deux ministres français se sont entretenus avec le président nigérien Mahamadou Issoufou, avant d'accueillir les quatre Français à l'aéroport. "Ça a été très difficile mais c'est une épreuve de la vie ", a déclaré l'ex-otage Thierry Dol à l'AFP.

Thierry Dol, Daniel Larribe, Pierre Legrand et Marc Féret sont "en bonne forme " et "doivent arriver à Paris en fin de matinée " mercredi, a précisé de son côté Laurent Fabius. Et d'ajouter qu'il "n'y a pas eu de paiement de rançon ".** Leur avion a décollé aux alentours de 7h mercredi matin, direction l'aéroport de Villacoublay.

Ils avaient été emmenés au nord du Mali

Le groupe Aqmi - Al-Qaïda au Maghreb islamique - avait  revendiqué le rapt. Ils travaillaient pour le groupe nucléaire public Areva et son sous-traitant Satom. Françoise Larribe, l'épouse de Daniel, capturée en même temps que lui, avait été libérée en février 2011, ainsi que deux autres otages, un Togolais et un Malgache.Au mois de juin, François Hollande avait affirmé détenir des preuves de vie. Jeudi 24 octobre, des sources sécuritaires régionales à Gao avaient fait état de la présence d'émissaires dans le Sahel pour "accélérer les négociations en vue de la libération des otages français". Mais la France avait "formellement démenti" l'envoi de ces émissaires.