Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Disparition de Lucas Tronche

VIDÉO - Lucas, une disparition non résolue depuis quatre ans

jeudi 14 mars 2019 à 17:03 - Mis à jour le lundi 18 mars 2019 à 11:57 Par Isabelle Lassalle, France Bleu, France Bleu Gard Lozère, France Bleu Vaucluse, France Bleu Provence, France Bleu Isère et France Bleu Drôme Ardèche

Le jeune Lucas Tronche a disparu le 18 mars 2015, vers 17h, en quittant son domicile. Quatre ans plus tard, ce samedi 16 mars, un rassemblement est organisé en sa mémoire à Bagnols-sur-Cèze dans le Gard. Retour sur les grandes étapes de cette disparition.

Diffusion du portrait de Lucas sur tous les supports possibles.
Diffusion du portrait de Lucas sur tous les supports possibles. © Maxppp -

Bagnols-sur-Cèze, France

Le 18 mars 2015 en fin d’après-midi, Lucas Tronche disparaît alors qu’il quitte le domicile familial. C’est un adolescent de 15 ans, sans histoire, qui habite à Bagnols-sur-Cèze dans le Gard et qui doit se rendre à la piscine municipale de Laudun-l’Ardoise. Il ferme la maison, mais il ne prend pas ses affaires de natation et il ne rejoindra jamais son frère aîné qui l’a devancé. L'enquête est confiée au SRPJ de Montpellier. Cette affaire a été très fortement médiatisée, mais quatre ans après, cette disparition n’est toujours pas élucidée. Fugue, mauvaise rencontre… aucune thèse n’est écartée.

De multiples recherches

Les bénévoles sont très nombreux à se mobiliser dans les quelques jours qui suivent la disparition. Des militaires patrouillent dans les alentours, les collines et les chemins, la rivière Cèze est sondée… Un hélicoptère, des équipes cynophiles et de nombreux sauveteurs œuvrent également aux battues.

Plus de 1.500 personnes participent aux recherches. Sans aucun résultat. Et très rapidement, le mouvement des bénévoles s’organise : un site internet est créé "retrouvons-lucas.fr", des comités de soutien se montent dans plus d’un millier de villes en France.

Des pistes, un corbeau et un témoin

À l’automne 2015, sept mois après la disparition de Lucas, ses parents reçoivent un message qui leur annonce que leur enfant va bien. Éric et Nathalie vont ainsi recevoir onze lettres anonymes jusqu’à l’été 2016 qui donnent des nouvelles de leur fils.

Grace à une caméra de vidéosurveillance dans le centre de tri où l’expéditeur est venu poster ses missives, la police interpelle le corbeau à son domicile. Il est condamné à deux ans de prison dont un ferme en octobre 2017. Cet homme, un habitant de Valence dans la Drôme, est bien l’auteur des lettres anonymes, mais il n’a aucun rapport avec la disparition de Lucas.

En décembre 2016, un appel à témoins est lancé par la police avec le portrait-robot d’un homme aperçu par une passante près de la maison familiale. L’appel est relancé et précisé en septembre 2017. Enfin, en octobre 2018, l’homme est retrouvé, c’est un habitant de la commune. Après une garde à vue, il est mis hors de cause et relâché.

En janvier 2018, l’hypothèse d’une implication de Nordahl Lelandais est envisagée. Mais finalement écartée.

Des bénévoles toujours très motivés

Un an après la disparition de Lucas, un lâcher de ballons est organisé dans sa commune, à Bagnols-sur-Cèze, mais également dans une trentaine de villes en France.

D’août à octobre 2016, une deuxième campagne d’affichage est lancée. Le portrait de Lucas est placardé sur 700 panneaux Decaux de quatre mètres sur trois le long des routes. C’est une première en France, en matière de recherche de personne disparue.

Un spot publicitaire est également diffusé dans plus de 500 stations-service à partir de fin octobre 2016. C’est-à-dire que plus de neuf millions d’automobilistes vont voir le portrait de Lucas en faisant le plein de carburant.

Deux ans après la disparition de Lucas, les bénévoles de l’association tournent une vidéo destinée aux réseaux sociaux. Pour la troisième année, tous les volontaires se donnent rendez-vous sur la place Mallet à Bagnols-sur-Cèze, pour créer une mosaïque géante de la solidarité. Pour les quatre ans, un rassemblement est à nouveau organisé en sa mémoire.