Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

VIDÉO - Manifestation nocturne des agriculteurs devant l'Intermarché de Landerneau

Une trentaine d'agriculteurs s'est rassemblée à minuit, dans la nuit de mercredi à jeudi, devant l'Intermarché de Landerneau. Ils dénoncent la politique de prix imposée par la grande distribution, qui les empêche de tirer un revenu décent de leur activité.

Landerneau, France

Opération surprise des jeunes agriculteurs du Finistère, dans la nuit de mercredi à jeudi, devant le magasin Intermarché de Landerneau. Une mobilisation qui fait écho à la manifestation parisienne. L'enseigne n'a pas été choisie au hasard : les agriculteurs lui reprochent d'avoir fait une opération de communication sur le film "Au nom de la terre", qui parle du suicide dans le monde paysan.

"Mettre un peu la pression"

Ils sont une trentaine à avoir fait le déplacement, avec sept tracteurs : "Malheureusement, il faut se battre pour vivre de son métier", lâche Simon. "Il y a un an et demi, on était déjà là, les même gars, les même revendications... Aujourd'hui rien n'a bougé ! Si on ne se fait pas entendre maintenant, on repart pour un an pareil, quand les négociations seront finies!"

"C'est pour ça qu'on commence maintenant", ajoute Alexandre, "car les négociations commencent en fin d'année, pour finir en février. L'idée c'est de mettre un peu de pression, car _les Etats généraux de l'alimentation n'ont pas abouti à grand chose_... On attend que ça aille plus loin, et on en voit pas la couleur!"

Juste quelques centimes pour qu'on puisse vivre

Sur un abri pour ranger les chariots, les mots "Au nom de la marge" ont été tagués en grandes lettres. Dans le calme, les agriculteurs déversent des pneus, de la paille et des branchages sur le parking du magasin, avant de quitter les lieux. 

"On ne demande pas des mille et des cents, poursuit Simon, _juste quelques centimes pour qu'on puisse vivre_!"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu