Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

VIDÉO - "On ne tape pas sur des femmes enceintes, c'est n'importe quoi !", lance un policier à un gilet jaune

vendredi 7 décembre 2018 à 19:15 Par Johan Moison, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu

Ce vendredi devant la Préfecture de Saint-Brieuc, un policier a reproché à des gilets jaunes "de prôner la violence" en diffusant des informations qui, selon lui, sont erronées.

Capture d'écran vidéo France Bleu Armorique
Capture d'écran vidéo France Bleu Armorique © Radio France - Johan Moison

Saint-Brieuc, France

"Cela me fait sortir de mes gonds quand j'entends qu'on nous accuse de taper sur des femmes enceintes", lance un policier à un gilet jaune devant la Préfecture de Saint-Brieuc ce vendredi. 

Les gilets jaunes accusent les forces de l'ordre d'avoir "chargé des femmes enceintes" ou encore "d'avoir encerclé et tiré sur une voiture dans laquelle s'était réfugiée une femme enceinte" le 19 novembre dernier, lors d'une intervention dans la  zone commerciale de Langueux près de Saint-Brieuc. Des accusations déjà largement relayées sur les réseaux sociaux. 

Le policier posté devant la Préfecture se défend avec véhémence.  "C'est moi qui y étais, il n'y avait pas de femme enceinte dans la voiture", précise le fonctionnaire le visage dissimulé derrière une cagoule et avec un casque sur la tête. "En parlant comme vous parlez, en disant qu'on a "grenadé" des femmes et tout, c'est prôner la haine ça, Monsieur", s'emporte le policier. 

Quand vous dites ça à une foule, c'est évident que ça parte en vrille !"

"Cela voudrait dire qu'on est des animaux, qu'on n'a pas de famille, qu'on on n'a pas de cœur, c'est n'importe quoi !", ajoute le policier quelques minutes plus tard. 

"Ce policier a le courage de venir s'expliquer, c'est bien", lance Joël Réveille, gilet jaune avant d'ajouter : "toutes ces fake-news, c'est de la merde de toute façon !"