Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

VIDÉO - Nîmes : la féria de Pentecôte était menacée par un attentat

-
Par , , France Bleu Gard Lozère

A l'occasion de la présentation de ses vœux aux forces de l'ordre, à Nîmes, ce lundi, le Préfet du gard a notamment évoqué le sujet de la radicalisation dans le Gard.

Didier Lauga, préfet du Gard
Didier Lauga, préfet du Gard © Radio France - Romane Porcon

Il n'avait pas forcément prévu de s'exprimer sur le sujet, ce lundi. Mais en marge de la présentation de ses vœux aux forces de l'ordre, ce lundi, le Préfet du Gard a notamment raconté qu'un attentat était projeté sur Nîmes lors de la féria de la Pentecôte en 2019. "Le renseignement suppose beaucoup de confidentialité, beaucoup de travail souterrain. Mais pour la dernière féria de Nîmes, par exemple, on avait quelqu'un qu'on suivait qui avait annoncé qu'il ferait un attentat, confie Didier Lauga. Finalement il ne l'a pas fait. On ne l'a pas déjoué. Il n'est pas passé à l'acte. Donc c'est un non-événement. Mais ce genre de situation, ce n'est pas inédit pour nous. "

Le Préfet du Gard s'inquiète de la situation. "Malheureusement, à force de les suivre, ces personnes je vous assure, je n'exagère pas, dit-il. Bien qu'il y en ait plusieurs centaines, je finis par les connaître une par une. Pas personnellement, mais dans leur profil. Et je vous assure qu'il y a des profils inquiétants".

"On est dans les 5 départements les plus radicalisés en France" Didier Lauga, préfet du Gard

Comment expliquer ce chiffre ? "Ce taux est établi en comparant d'un côté le nombre de personnes inscrites dans le fichier des personnes suspectées de sympathie avec le terrorisme (FSPRT : Le fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste), qui ne sont pas forcément des fichés S, et on le rapporte au nombre de personnes dans le département (...) Le regard que je porte, c'est que c'est un souci permanent, c'est un souci de chaque instant".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu