Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

VIDÉO - Paris : une femme se fait frapper par son harceleur pour lui avoir répondu

dimanche 29 juillet 2018 à 15:18 - Mis à jour le lundi 30 juillet 2018 à 8:39 Par Germain Arrigoni, France Bleu Paris et France Bleu

Une femme a été violemment frappée au visage après avoir répondu à son harceleur en plein Paris ce mardi 24 juillet. Elle a porté plainte et a diffusé les images de l'agression.

Une femme frappée au visage après avoir répondu à son harceleur en plein Paris
Une femme frappée au visage après avoir répondu à son harceleur en plein Paris - Capture d'écran Facebook

"Il m'a frappé au visage, en pleine rue, en pleine journée, devant des dizaines de témoins." Pour avoir répondu "ta gueule" à celui qui "s'est permis de m'adresser des bruits/commentaires/sifflements/coup de langue sales, de manière humiliante et provocante à mon passage". 

Alors qu'elle rentrait chez elle mardi soir vers le boulevard de la Villette dans le 19e arrondissement de Paris, Marie, 22 ans, s'est fait violemment agresser par son harceleur.

Postée mercredi sur son compte Facebook, la vidéo a déjà été vue plus de 650.000 fois.

Après son geste, l'homme est parti malgré l'intervention de quelques personnes. De son côté, la jeune femme est revenue sur ses pas et a décidé de retourner au bistrot pour porter plainte.

Le patron de l'établissement lui a remis alors les images issues de la vidéosurveillance où l'on voit la scène, puis l'a accompagnée pour déposer plainte, selon franceinfo.

"Le harcèlement c'est au quotidien"

"Le harcèlement c'est au quotidien. Ces hommes qui se croient tout permis dans la rue, qui se permettent de nous humilier et qui ne supportent pas qu'on s'en offusque, c'est inadmissible. Il est temps que ce genre de comportement cesse", a écrit Marie sur son compte Facebook, le lendemain des faits.

Plusieurs personnalités politiques ont réagi après la diffusion de la vidéo à l'image de Mounir Mahjoubi, le secrétaire d'Etat au Numérique.

Les premières amendes à l'automne 

"L'enjeu est grave : c'est celui de la liberté des femmes de circuler librement dans l'espace public", a commenté Marlène Schiappa dans un entretien publié dimanche sur le site internet du Parisien. Elle a rappelé que "le droit actuel sanctionne (le) type d'agression" dont a été victime Marie Laguerre. 

Mais, ajoute-t-elle, "la grande nouveauté est que la loi va permettre d'agir en amont pour empêcher la gradation de la violence". "C'est primordial : en interdisant le harcèlement de rue, en sanctionnant par une amende de classe 4 les outrages sexistes, on abaisse le seuil de tolérance, on dit qu'il n'y a plus de fatalité", explique la secrétaire d'État.

Elle assure que "les premières amendes devraient être mises à l'automne". Le projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles, voté en mai par l'Assemblée, vise à créer un "outrage sexiste" pour le harcèlement de rue, passible de 90 euros minimum d'amende immédiate.