Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO | Pompiers stéphanois au Népal : "Ça fait du bien de rentrer"

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Arnaud Allibert, le chef de mission des Pompiers humanitaires de France au Népal, était l'invité de France Bleu Saint-Étienne Loire ce matin. Son équipe et lui sont rentrés jeudi soir après dix jours sur les lieux du séisme qui a fait 7.800 morts.

VIDÉO | Pompiers stéphanois au Népal : "Ça fait du bien de rentrer"
VIDÉO | Pompiers stéphanois au Népal : "Ça fait du bien de rentrer"

Ce sont des habitués de ce genre d'opérations. Les Pompiers Humanitaires de France ont connu Haïti, les Philippinnes, entre autres. Cette fois c'est sur le terrain du terrible séisme népalais qu'ils sont intervenus. L'équipe ligérienne composée de deux médecins urgentistes, de deux infirmières et de cinq sapeurs-pompiers a notamment oeuvré à 600 kilomètres de Katmandou, à trois kilomètres de l'épicentre du séisme.Le chef de mission Arnaud Allibert a répondu aux questions de France Bleu ce vendredi matin.

Les actions sur place

"On a fait des évaluations des besoins humanitaires et humains, dans des villages à trois kilomètres de l'épicentre. On a fait du dispensaire, du traitement de traumatisme post-séisme. On n'a pas participé au sauvetage de personnes parcequ'on est arrivé avec deux jours de retard, à cause de problèmes administratifs. On n'a pas fait tout ce qu'on voulait, mais l'humanitaire c'est comme ça, il faut s'adapter".

**

Peut-on faire encore plus ?

"Dix jours ça suffit bien assez pour le moral. Au delà, on est fatigué, on n'est plus compétent. D'autant que sur place, c'était très compliqué, chaque déplacement est compliqué. Il y a encore beaucoup à faire sur place. Il y a 84 ONG à Katmandou, mais les petits villages ont été inaccessibles. C'est eux qu'il faut cibler. On était en manque d'hélicoptère pour y accéder".

Le retour en France

"Le retour est violent. Mais on a une bonne thérapie, on discute beaucoup. On évacue comme ça. Quand on arrive en France on relativise sur tout ce qu'on voit. On fait beaucoup de débriefing. Je vais voir ma famille ce matin, mais j'ai déjà vu mes collègues en caserne. Ça fait du bien de rentrer".

Pour aider les Pompiers Humanitaires de France, rendez vous sur www.pohf.orgUne partie des dons est déductible des impôts.**

Choix de la station

À venir dansDanssecondess