Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

VIDEO - Pro D2 : l'Aviron Bayonnais, honteux, est en crise !

dimanche 26 novembre 2017 à 21:02 Par Thibault Vincent, France Bleu Pays Basque

Mont-de-Marsan a humilié Bayonne (68-15) en clôture de la 13e journée de Pro D2. L'Aviron désespérant, absent pendant les 30 premières minutes (49-3), sans solutions ensuite, s'enfonce. La crise pointe. Les entraineurs s'interrogent et le président du conseil de surveillance met sa démission en jeu.

Comme à Perpignan lors de la 1re journée, le président du conseil de surveillance de l'Aviron Bayonnais a vu son équipe humiliée à Mont-de-Marsan (68-15) lors de la 13e journée de Pro D2.
Comme à Perpignan lors de la 1re journée, le président du conseil de surveillance de l'Aviron Bayonnais a vu son équipe humiliée à Mont-de-Marsan (68-15) lors de la 13e journée de Pro D2. © Maxppp - Michel Clementz / L'Indépendant

Bayonne, France

Heureusement que le ridicule ne tue pas. Sinon, ni les joueurs, ni les entraineurs, ni les dirigeants, et sans doute même pas les supporters de l'Aviron Bayonnais, atterrés, ne seraient encore debouts à l'heure d'écrire ces lignes. Bayonne a sombré ce dimanche 26 novembre dans l'inqualifiable. « J'ai du mal à croire ce que j'ai vu, témoigne Christophe Laussucq, l'entraineur montois. J'ai du mal à me dire que ça puisse être aussi facile. Je crois qu'il y a eu une démission en face. On aurait dit une mise en place »

Une "démission collective" et 30 minutes de cauchemar

Quand c'est l'adversaire qui le dit c'est encore plus humiliant. Et le pire, c'est que ce n'est même pas exagéré, et ce n'est pas la première fois cette saison (Perpignan, Vannes, Carcassonne...). L'Aviron cette fois n'est pas entré dans son match. Coup d'envoi, réception du ballon perdu, défense endormie, et essai des Landais après seulement 29 secondes. La suite est une redite ad libendo pendant une demi-heure. Bayonnais atones, absents dans le combat, en défense, maladroits, endormis, et le Stade Montois déroule (49-3 à la mi-temps).

Attendus de longues minutes par les Landais pour l'entame de la seconde mi-temps, on aurait pu croire, voir espérer, que les ciels et blancs ne reviendraient pas des vestiaires. Heureusement Mont-de-Marsan, tombé sans doute dans la facilité, a fini par déjouer et baisser de pied. Les Bayonnais ont pu enfin mettre la main sur le ballon, le confisquer, mais sans se montrer dangereux. Domination stérile face à une belle défense. L'attaque bayonnaise a du attendre le dernier quart d'heure pour enfin marquer. Agares, les joueurs sortent tête basse, honteux.

Un "sentiment de trahison" de la part des cadres

"Démission collective" s'agacent, colère rentrée, le manager Pierre Berbizier et Francis Salagoïty. "Il faut se donner le temps de la réflexion (...) toute réflexion à chaud n'est pas bonne conseillère", lance l'expérimenté président du conseil de surveillance. Mais "Sala" parle de "sentiment de trahison", tape sur les joueurs "cadres sur qui on ne peut pas compter" et, la voix calme et posée, n'hésite pas à vexer en parlant de "joueurs qui doivent se montrer adultes, et qui ne soient pas que là en fin de mois pour recevoir le virement sur leur compte en banque".

Francis Salagoïty, sans doute pour provoquer une réaction, menace de changer toute l'équipe, ou presque, à Nevers pour le prochain match, d'envoyer les jeunes. Un simple avertissement sans nul doute. "Il y a des joueurs qui sont sous contrat, malheureusement on ne peut rien faire contre eux. J'espère simplement qu'ils sauront se rendre responsables."

Salagoïty met sa démission dans la balance, Berbizier s'interroge

Mais l'emblématique président bayonnais met surtout sa démission dans la balance ! Si son équipe ne réagit pas dans la Nièvre, dimanche 3 décembre, celui qui assume le choix des hommes, entraineurs et joueurs, et qui a pris du recul pour des raisons personnelles ces derniers mois, pourrait tirer sa révérence lors de l'Assemblée Générale des actionnaires de l'Aviron Bayonnais le 7 décembre.

De son côté, Pierre Berbizier se demande si entraineurs et joueurs sont toujours sur la même longueur d'onde. Et parle de "prendre des décisions" si ce n'est plus le cas. Ses hommes, par la voix de Martin Laveau, répondent qu'il n'y a pas de dissenssions, ni de défiance de leur part. Quant à Francis Salagoïty, il renouvele sa confiance, au moins pour cette fois : "En l'état actuel, je le confirme, le staff est là, il est présent, il faut qu'on avance avec." Mais le mal semble profond.

Les résultats de la 13e journée et le classement