Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : L'affaire Élodie Kulik

VIDÉO - Élodie Kulik : après 17 ans d'enquête, le procès de l'un des meurtriers présumés aux assises à Amiens

Le procès Élodie Kulik s'ouvre ce jeudi 21 novembre 2019 à Amiens. Le meurtrier présumé de la jeune femme assassinée en janvier 2002, Willy Bardon, sera jugé par les assises de la Somme. C'est l'aboutissement d'un travail de 17 ans pour les enquêteurs.

Thierry Fouache, ancien commandant de la brigade de recherche de Péronne en janvier 2002.
Thierry Fouache, ancien commandant de la brigade de recherche de Péronne en janvier 2002. © Radio France - Elodie Touchais

Amiens, France

"Ce dossier m'a marqué comme tous les enquêteurs qui ont travaillé dessus et comme il a marqué toute la Picardie, le département de la Somme, la ville de Péronne où _tout le monde connaissait Élodie_." Alors que s'ouvre ce jeudi 21 novembre 2019 le procès du meurtrier présumé d'Élodie Kulik, l'ancien commandant de la brigade de recherche de la gendarmerie de Péronne n'a pas oublié l'enquête qui a commencé le 11 janvier 2002, jour de la mort de la jeune femme. Une enquête dont Thierry Fouache n'imaginait pas qu'elle durerait 17 ans.

La "cellule Kulik"

Ses souvenirs sont précis. Thierry Fouache, aujourd'hui retraité, insiste sur les moyens dédiés à la "cellule Kulik". Dix-huit enquêteurs ont travaillé sur ce dossier pendant deux ans et, en dix ans d'enquête, plus de 700 pistes ont été exploitées, 5.400 ADN réalisés, plus de 10.000 pièces de procédure sont rassemblées dans le dossier. 

Des rebondissements multiples

Au terme de ce travail, la science aidant, l'enquête a abouti en janvier 2012 avec l'identification d'un premier meurtrier présumé, Grégory Wiart, par son ADN. Mais l'homme était mort dans un accident entre temps. Le choc pour les enquêteurs. "On repart sur une nouvelle enquête à ce moment-là mais on a dix ans de retard sur l'environnement de Grégory." 

Willy Bardon, un proche de Grégory Wiart, sera finalement mis en examen en 2013 et il va être jugé par la cour d'assises de la Somme jusqu'au 4 décembre 2019. Thierry Fouache est décidé à assister au procès à Amiens autant que possible, "pour connaître l'issue de l'affaire car, en tout état de cause, Willy Bardon est présumé innocent." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu