Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

VIDÉO - À l'entraînement avec les policiers du Raid de Lille

lundi 28 mai 2018 à 23:27 Par Stéphane Barbereau et Bénédicte Courret, France Bleu Nord et France Bleu

Ils sont l'unité d'élite de la Police Nationale. Les 300 hommes membres du Raid en France sont en première ligne face à la menace terroriste. France Bleu Nord a pu suivre leur entraînement dans la métropole lilloise.

Des hommes du Raid de Lille s'entraînent dans un bâtiment désaffecté de la métropole lilloise
Des hommes du Raid de Lille s'entraînent dans un bâtiment désaffecté de la métropole lilloise © Radio France - Stéphane Barbereau

Lille, France

Ni le nom des hommes ni le lieu ne doivent être divulgués. Cette nécessaire discrétion tranche avec l'atmosphère tendue, bruyante qui va suivre ce jeudi matin dans un bâtiment désaffecté de la métropole lilloise. C'est là qu'une quinzaine d'hommes vont s'entraîner pendant une heure.

Quand les citoyens ont un problème, ils appellent la police et quand la police a un problème, elle appelle le Raid - le chef de l'antenne lilloise de l'unité d'élite

Cagoulés, lourdement armés (la tenue pèse 40 à 50 kilos pour porter armes, munitions et kit médical), ces "super-flics" doivent interpeller deux terroristes retranchés dans leur appartement qui sont joués par des hommes du Raid. L'effet de réalité est impressionnant dans ce hangar abandonné où un ingénieux système de cloisons coulissantes permet, à chaque entraînement, de reconfigurer les lieux et de créer un nouveau scénario. Le chef du Raid de Lille tient beaucoup à être le plus proche possible de la réalité : 

On ne va pas commencer à s'entraîner en tenue légère et juste faire pan-pan. Il faut être à 300% ici pour être à 100% en opérationnel

Gérer au mieux le stress

Un autre membre de l'unité reconnaît qu'il n'y a quasiment pas de différence entre la réalité et l'exercice. Les gestes des hommes sont sûrs, précis. C'est à se demander si, derrière leurs cagoules et leur casque à la visière épaisse, on peut encore avoir peur : 

On connaît tous le peur, mais on essaie de la maîtriser. On l'a un peu avant, un peu après. Pendant une intervention, on a des techniques qui permettent de mieux gérer le stress - un sniper du Raid

Cet homme décrit les deux qualités principales à avoir pour être membre de cette unité d'élite : 

La discrétion et l'humilité. C'est là qu'on reconnaît les vrais

Un homme du raid en tenue avant de participer à un entraînement - Radio France
Un homme du raid en tenue avant de participer à un entraînement © Radio France - Stéphane Barbereau

Et lorsque l'on épluche la formation qui mène jusqu'au Raid, tout cela invité à la modestie. Les 25 membres du raid de Lille sont âgés de 26 à 54 ans, avec en moyenne une dizaine d'années d'expérience au Raid. Avant, ils sont tous passés par la police (CRS, Police Secours, Brigade anti-criminalité,...) puis par des tests draconiens d'une semaine environ où l'on vise notamment la fatigue physique pour évaluer la réaction des hommes.  Les heureux élus doivent suivre ensuite une formation spécifique de 8 mois et 8 mois de probation au sein d'une unité du Raid.

Janvier 2015 : la traque des frères Kouachi

Le Raid est sous le feu des projecteurs notamment depuis janvier 2015 et l'attentat de Charlie Hebdo. L'unité de Lille avait d'ailleurs participé à la traque des frères Kouachi dans l'Aisne et l'Oise avant que les deux terroristes ne se retranchent dans une imprimerie. Avant cette date, l'antenne régionale s'appelait GIPN, Groupement d'Intervention de la Police Nationale mais avec les mêmes formations et techniques d'interpellation que leurs cousins parisiens, tous les GIPN ont pris le nom de Raid. Ces hommes vont ainsi plus facilement d'une région à l'autre. Dans l'unité nordiste, on compte un sniper qui avait participé à l'assaut de Saint Denis en 2015, pour interpeller les survivants des commandos terroristes du 13 novembre. Un homme est également intervenu au Bataclan.

30 minutes maximum entre l'appel et le départ de l'unité

En cas de tuerie de masse, un groupe d'hommes se tient prêt à partir de l'hôtel de Police de Lille, de jour comme de nuit, en 30 minutes. ils peuvent intervenir en ville, comme à la campagne sur 5 départements : le Nord, le Pas de Calais, la Somme, l'Aisne et les Ardennes. Ces hommes sont équipés d'un véhicule blindé de 5 tonnes, d'un super bouclier "Ramsès" qui pèse 120 kilos et doit être manipulé par 2 à 4 hommes. 

Ecoutez les hommes du raid en plein entraînement

Leur quotidien, c'est avant tout l'interpellation de membres du grand banditisme, dans le trafic de drogue notamment, de forcenés, également, la protection de personnalités dans la région comme le Président de la République ou le Premier ministre mais aussi à l'étranger, des hommes sont partis deux à trois mois comme gardes du corps des ambassadeurs de France au Liban et en Afghanistan. Le Raid peut aussi surveiller des manifestations à risque, comme la braderie de Lille, l'an passé avec des snipers installés depuis une position stratégique de la ville.