Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : L'affaire Sophie Le Tan

VIDÉO - "Un an après la disparition de Sophie Le Tan, on a toujours l'espoir de la retrouver"

Samedi 7 septembre, cela fait un an que Sophie Le Tan a disparu à Schiltigheim près de Strasbourg. Après 12 mois de recherches, la famille de l'étudiante veut croire qu'il existe un espoir, même infime de la retrouver. Un homme, Jean-Marc Reiser, est mis en examen pour assassinat.

Laurent, le cousin de Sophie Le Tan veut croire qu'un an après sa disparition "l'espoir existe encore"
Laurent, le cousin de Sophie Le Tan veut croire qu'un an après sa disparition "l'espoir existe encore" © Radio France - Rachel Noël

Strasbourg, France

Samedi 7 septembre 2019, Sophie Le Tan aurait dû fêter son 21e anniversaire. Au lieu de cela ses proches honorent ce samedi l'anniversaire de sa disparition. La jeune femme n'a plus donné signe de vie depuis le 7 septembre 2018, jour où elle a disparu alors qu'elle allait visiter un appartement à Schiltigheim (Bas-Rhin). Après 12 mois de recherche, son cousin Laurent, qui vit en Lorraine, explique la douleur, les doutes, mais aussi pourquoi, malgré les éléments techniques, sa famille croit encore qu'un espoir existe de la retrouver.

Jean-Marc Reiser, le principal suspect dans cette affaire, chez qui on a retrouvé des traces de sang contenant de l'ADN de la jeune femme, nie toujours. Il est incarcéré et mis en examen pour assassinat, enlèvement et séquestration.

Une journée pour ne pas oublier Sophie

Depuis un an, Laurent, comme le reste de la famille et des proches de Sophie Le Tan, oscille entre le désarroi et l'espoir, aussi infime soit-il, de retrouver la jeune femme. Malgré les éléments de l'enquête, qui semblent désigner Jean-Marc Reiser, les proches considèrent qu'il n'y a pas de certitudes, que des présomptions : tous les scénarios sont donc possibles... même s'ils ne sont pas probables.

Cette journée de rassemblement, organisée ce 7 septembre, un an après la disparition de la jeune femme sera bien-sûr un moment difficile : "C’est la date de son anniversaire, c’est la date de sa disparition. Ça va être très dur et, à la fois, c’est très important".

Mais c'est aussi un moment nécessaire explique Laurent, le cousin de Sophie : "C'est une façon de montrer qu'on est ensemble, qu'on continue les recherches et qu'il y a toujours de l'espoir. C’est surtout _une journée pour ne pas oublier Sophie_. Pour se rappeler qu’on pense toujours à elle, qu’elle est toujours présente

"Je n'attends rien de Jean-Marc Reiser" - Laurent, le cousin de Sophie Le Tan

Laurent se rappelle de la disparition de Sophie, de l'espoir de la retrouver quand Jean-Marc Reiser a été arrêté. "Cet espoir, il existe encore et on s’accroche, donc on continue. Malgré tout ce qu’on a pu trouver et lire".

La famille a peu d'informations de la part des enquêteurs. Ces derniers ont arrêté les recherches, mais l'enquête continue. Parfois les proches ont le sentiment d'être mis à l'écart. "On aimerait avoir des réponses. Il y a des éléments qu’on n’a pas … et c’est très dur à vivre".

Pour les proches, difficile aussi de baisser les bras et d'imaginer qu'on ne retrouvera jamais Sophie. Pour Laurent son cousin, les éléments scientifiques ne donnent pas toutes les réponses : "Les traces ADN qui appartiennent à Sophie, les traces trouvées sur des objets, c’est effrayant, mais encore une fois, même si on a trouvé ces éléments, on ne sait pas ce qui s’est passé. On imagine le pire forcément, mais on n'est sur de rien."

Il se souvient du sentiment d'incompréhension qui ne l'a toujours pas quitté aujourd'hui, quand la famille a eu connaissance du profil de Jean-Marc Reiser : "Il y a beaucoup de colère, de frustration, d’incompréhension. Tout ça bouillonne et on a envie d’hurler, de dire, comment se fait-il qu’une personne comme monsieur Reiser puisse être dehors".

La vérité, c'est peut-être Jean Marc Reiser qui la détient, mais Laurent n'attend rien du principal suspect. "Bien-sûr qu’on aimerait qu’il parle. On n'attend rien de ce personnage, mais on aimerait qu’il parle." 

Trouver l'élément qui fera avancer l'enquête

En attendant, la famille et les proches, fédérés autour de l'association Icared, continuent de se réunir une fois par semaine, et même d'organiser des battues. "Il y en a toujours. Il y en a moins qu’avant mais on continue à s’organiser, parce qu’on s’accroche à l'espoir de retrouver Sophie, de savoir ce qui s’est passé et de trouver juste l’élément qui permettra de faire avancer l’enquête ou connaitre la vérité"

Pour Laurent, cet espoir, qui peut paraître vain aux yeux de certains, est une réalité du quotidien? "C’est difficile, les sentiments qui vous traversent. On a cet espoir de la retrouver… la retrouver même vivante parfois", explique le cousin de la disparue. 

Les proches de Sophie organisent samedi 7 septembre une marche à la lanterne à 19h sur la colline d'Hausbergen, à Mundolsheim et un lâcher de colombes au sommet.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu