Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Incendie d'un immeuble abandonné à Bayonne : colère de Jean-René Etchegaray et des riverains

-
Par , , France Bleu Pays Basque
Bayonne, France

Un incendie a touché un immeuble désaffecté du centre-ville de Bayonne dans la nuit de vendredi à samedi, rue de Tour-de-Sault. Une quarantaine de pompiers ont été mobilisés, une vingtaine de personnes évacuées. Il n'y a pas de blessés. Mais beaucoup de questions.

L'immeuble est totalement ravagé
L'immeuble est totalement ravagé © Radio France - Théo Hetsch

Les images diffusées sur les réseaux sociaux sont impressionnantes. Les flammes ont ravagé un immeuble de deux étages cette nuit dans le centre-ville de Bayonne, rue de la Tour de Sault. Une quarantaine de pompiers ont dû intervenir peu après 0h30, aidés par une demi-douzaine de véhicules. "Le bâtiment était complètement embrasé à notre arrivée, raconte le commandant Jean-Marc Etchebarne, depuis l'échelle, on voyait un début de propagation aux autres toitures". "On a échappé de justesse à un feu de quartier", conclut-il.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Au final, il n'y a pas de blessés mais 21 personnes ont dû être évacuées. Toutes ont pu rejoindre leur logement dans la matinée, sauf une qui doit être relogée par la mairie. Selon les pompiers, le bâtiment touché était désaffecté et il ne reste plus, ce matin, que les murs porteurs. Les appartements adjacents ont également été touchés par les flammes, mais dans une moindre mesure. Les pompiers surveilleront le bâtiment toute la journée.

"J'ai eu très peur pour ma fille" raconte Hélène, une habitante évacuée en pleine nuit.

"ça fait 3 ans qu'on constate qu'il est squatté ce bâtiment"

A quelques mètres de là, Hélène, une des habitantes évacuées, a du mal à retenir ses larmes : "J'étais dans la chambre occupée d'habitude par ma fille, raconte-t-elle, lorsque mon chat est parti à toute vitesse la queue entre les jambes et alors j'ai vu les braises voler à travers la fenêtre". Elle est alors allé frapper aux portes de ses cinq voisins, qui sont tous sortis sains et saufs. Mais elle est furieuse : "j'ai appelé trois ou quatre fois la police municipale ces derniers mois pour leur signaler la présence de squatteurs dans cet immeuble, raconte-t-elle, "ils se battent régulièrement, de jour comme de nuit". "Je pense qu'il y a des responsables, juge la jeune femme, ce n'est pas faute de les avoir prévenu".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

C'est ce bâtiment qui a été touché par l'incendie (capture d'écran Google Map)
C'est ce bâtiment qui a été touché par l'incendie (capture d'écran Google Map) - Google Map

La nuit a été très agitée également pour Sébastien, le gérant de l'hôtel des basses Pyrénées, qui est à quelques mètres : "On a déclenché l'alarme incendie rapidement et on a évacué tout l'hôtel, raconte-t-il, une fois dehors, on a distribué des plaids et des bouteilles d'eau". Désormais, ses clients sont rentrés. Mais lui a du mal à faire redescendre la pression. "Cet accident aurait pu être empêché, clame-t-il, ça fait longtemps qu'on signale à la mairie ou à la police qu'il y a des squatteurs dans ce bâtiment". "Déjà la nuit du réveillon, ils avaient fait beaucoup de bruit, raconte Sébastien, ils étaient très alcoolisés et violents, on se doutait qu'un jour il y aurait un accident".

Il y a 12 ans déjà, j'ai demandé au propriétaire d'effectuer des travaux..." - le maire de Bayonne Jean-René Etchegaray

La mairie reconnaît le problème, mais rejette la faute sur le propriétaire de cet immeuble. "La mairie ne peut intervenir que s'il y a trouble à l'ordre public et risque de destruction de l'immeuble, explique le maire de Bayonne Jean-René Etchegaray, j'ai reçu il y a déjà une douzaine d'années le propriétaire de cet immeuble pour lui demander de faire des travaux de réhabilitation ou alors de le vendre". Le propriétaire est architecte à Bayonne. "Je veux prendre ce sujet comme exemple pour intimer à un certain nombre de propriétaires d'effectuer des travaux dans leurs immeubles", conclut-il.

Le propriétaire, lui, affirme batailler depuis deux ans pour expulser les squatteurs et démarrer les travaux. Selon lui, le tribunal de Grande instance de Bayonne a rejeté sa demande d'expulsion au mois d'avril.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess