Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDEO - Un retraité dénonce des violences policières à Lens : "j'ai peur de cette police-là"

-
Par , France Bleu Nord

De nouvelles manifestations ont lieu ce mardi en France, notamment à Lille, pour rendre hommage à George Floyd et dénoncer les violences policières et le racisme. France Bleu Nord a recueilli le témoignage d'un retraité qui a déposé plainte contre deux policiers de Lens.

Didier Desmet a déposé plainte contre deux policiers de Lens pour violences. La scène a été filmée.
Didier Desmet a déposé plainte contre deux policiers de Lens pour violences. La scène a été filmée. © Radio France - Cécile Bidault

Au moment où, aux Etats-Unis, ont lieu les obsèques de George Floyd, cet homme noir tué par des policiers blancs lors d’une interpellation, de nouvelles manifestations sont prévues ce mardi en France, notamment à Lille et Dunkerque.

Lundi, le défenseur des droits a dénoncé une augmentation des violences policières : ses services ont été saisis près de 2000 fois en 2019, trois fois plus qu’il y a cinq ans.

Blessé à la fin d'une manifestation

France Bleu Nord a recueilli le témoignage d’un habitant d’Herlies, près de la Bassée, dans le Nord. Didier Desmet, retraité de 63 ans, a porté plainte contre deux policiers de Lens, après avoir été blessé à la fin d’une manifestation de gilets jaunes et de retraités, le 18 mai 2019.

Avec son épouse, il était en train de quitter les lieux du rassemblement, près du stade Bollaert. Il raconte : "on rejoignait notre voiture, j'étais sur un terre-plein, entre la police et les manifestants. Ils m'ont attrapé par derrière, je ne les ai pas vus arriver". 

Traumatisme crânien

Sous le choc, il affirme perdu connaissance quelques minutes, avant d’être menotté. "Je leur ai dit de faire attention à ma jambe, j'ai une prothèse du genou", explique-t-il, "et là, ils ont tapé dans mon genou, marché sur ma jambe. J'ai pris des coups de matraque. J'étais au sol".

Cet ancien chef cuisinier a ensuite passé trois heures en garde à vue, avant de se rendre dans le service de médecine légale du CHU de Lille. Bilan : traumatisme crânien, œdème au genou, et trois semaines d’incapacité totale de travail (ITT). "Je n'ai pas pu marcher pendant deux mois. Je dois repasser sur le billard", se désole Didier Desmet.

C'est de la méchanceté gratuite

Un an après, il n'arrive toujours pas à comprendre : "je n'avais rien fait ! Ils ont joué aux cowboys. C'est de la méchanceté gratuite. Depuis, on ne va plus manifester. J'ai peur de cette police-là".

Didier Desmet a déposé plainte contre deux policiers de Lens. Il a témoigné face aux enquêteurs de l’IGPN, la police des polices, et espère un procès. La scène a été filmée par un journaliste, ce qui lui permet d'appuyer son témoignage : "comment voulez-vous punir des gens protégés dans le cadre de leurs fonctions ? Moi, je n'attends rien. Je veux juste que ce soit reconnu comme bavure".

La conscience commence à sortir

Didier Desmet dit comprendre les manifestations actuelles contre les violences policières : "les jeunes qui bougent, là, ce ne sont pas que des jeunes des cités. La conscience commence à sortir. La police est là pour défendre le peuple, pas pour frapper".

ECOUTEZ : le témoignage de Didier Desmet, retraité victime de violences après une manifestation à Lens

L'enquête se poursuit, et en attendant, il est convoqué devant la justice le 23 septembre pour outrage. Les deux policiers ont, de leur côté, porté plainte contre lui, affirmant avoir été insultés. Ce que Didier Desmet nie catégoriquement. 

ECOUTEZ : rencontre avec Didier Desmet

Choix de la station

À venir dansDanssecondess