Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

VIDEOS - La garde des sceaux à la rencontre des détenus de Saint-Martin de ré

-
Par , France Bleu La Rochelle

Nicole Belloubet a visité ce jeudi la maison centrale de Saint-Martin-de-Ré. La garde des sceaux est venue faire plus amples connaissances avec l'établissement. L'occasion également d'échanger avec des détenus et des personnels pénitentiaires.

Nicolle Belloubet en discussion avec des détenus
Nicolle Belloubet en discussion avec des détenus © Radio France - Catherine Berchadsky

Charente-Maritime, France

La ministre de la justice Nicole Belloubet a visité pendant près de deux heures ce jeudi la maison centrale de Saint-Martin sur l'île de Ré. L'établissement accueille 332 détenus, des longues peines. La garde des sceaux a visité à la fois les quartiers de la citadelle et ceux de la caserne.

Nicole Belloubet avec OLivier Falorni - Radio France
Nicole Belloubet avec OLivier Falorni © Radio France - Catherine Berchadsky

"Je me rends de façon systématique dans les établissements pénitentiaires de France , et le député Olivier Falorni m'avait parlé à plusieurs reprises de l'établissement de Saint-martin de Ré, et donc j'avais souhaité m'y rendre". Ce sont les premiers mots de la garde des sceaux Nicole Belloubet, à son arrivée devant la centrale pénitentiaire, avant d'ajouter "on comprend mieux les problématiques quand on a vu physiquement comment sont implantés les établissements".

600 000 euros pour reconstruire une partie du mur d'enceinte de la citadelle

La ministre de la justice, qui était accompagnée du directeur interrégional des services  pénitentiaires Alain Pompigne, en a profité pour annoncer une bonne nouvelle, après avoir avoir été interpellée par le maire de Saint-Martin de Ré, Patrice Déchelette sur la vétusté du mur d'enceinte de la citadelle. La garde des sceaux a annoncé une enveloppe de 600 000 euros. Une première phase de travaux débutera après les vacances pour restaurer 40 mètres linéaires du mur d'enceinte de la citadelle.

Visite du gymnase - Radio France
Visite du gymnase © Radio France - Catherine berchadsky
Visite des quartiers de détentions - Radio France
Visite des quartiers de détentions © Radio France - Catherine Berchadsky
Quartier disciplinaire et quartier d'isolement - Radio France
Quartier disciplinaire et quartier d'isolement © Radio France - Catherine Berchadsky

La ministre de la justice a pu découvrir les quartiers de détention, les ateliers où les détenus fabriquent des uniformes ou encore le tout nouveau gymnase réservé aux détenus. Une visite de deux heures qui a permis à la garde des sceaux de se familiariser avec l'établissement et d'échanger avec quelques détenus et personnels pénitentiaires.

Echanges de la garde des sceaux  avec un détenu - Radio France
Echanges de la garde des sceaux avec un détenu © Radio France - Catherine Berchadsky

Les professionnels de la justice réclament plus de moyens pour les détenus malades 

La vice-présidente chargée de l'application des peines du tribunal de Grande instance de la Rochelle, Candice Gratecos, en a profité pour réclamer la création d'un service médico-psychologique régional pour héberger les détenus qui souffrent des pathologies les plus lourdes. Selon elle, "il serait judicieux qu'il y ait au sein de la maison centrale un service médico-psychologique régional, avec une équipe pluridisciplinaire qui soit en mesure de traiter localement les personnes qui veulent rester pour être soignées". Nicole Belloubet a promis de se pencher sur la question avec l'ARS (l'Agence Régionale de Santé).

Candice Gratecos - Radio France
Candice Gratecos © Radio France - Catherine Berchadsky

Autre manque soulignée par Candice Gratecos, le manque de places dans le département pour mettre en oeuvre des régimes de semi liberté. Il n'y a que deux places possibles à la maison d'arrêt de Rochefort. La garde des sceaux a dit avoir entendu le message et annoncé la création de deux structures d'accompagnements vers la sortie, qui sont des structures de prise en charge des détenus en fin de peine. Elles doivent être crées à Poitiers et à Gradignan, mais rien pour l'instant en Charente-Maritime.

La vice présidente chargée de l'application des peines du tribunal de Grande instance de la rochelle Candice Gratecos

Nicole Belloubet