Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Vienne : des stages de responsabilisation à destination de certains maris violents

mardi 7 novembre 2017 à 9:04 Par Rivière Isabelle, France Bleu Poitou et France Bleu

Dans la Vienne, le parquet de Poitiers met en place des stages de responsabilisation à destination de certains maris violents : ceux qui lèvent la main pour la première fois sur leur femme et qui marquent bien leur intention de changer. Ces stages payants seront proposés dès la fin décembre 2017.

Les violences physiques ou morales à l'encontre des femmes touchent tous les milieux sociaux et tous les âges.
Les violences physiques ou morales à l'encontre des femmes touchent tous les milieux sociaux et tous les âges. © Radio France - Alexandre MARCHI

Poitiers, France

Sur les 350-400 dossiers de violences conjugales qui atterrissent chaque année devant le tribunal correctionnel de Poitiers, 80 à 120 sont le fait de primo-délinquants, des hommes qui pour la première fois en sont venus aux mains avec leur femme.

À mi-chemin entre la tape sur la main et la prison

Pour Michel Garrandaux, le procureur de la République de Poitiers, il fallait "une sanction pénale adaptée" à l'encontre de ces hommes-là. Souvent, leur compagne ne porte pas plainte ou la retire après-coup. Il peut s'agir d'une gifle, d'un coup qui part comme ça, sans causer d'ITT (interruption temporaire de travail) au sens juridique du terme, bref, ce qui, aux yeux de la justice apparaît comme des violences moins graves, de fait, et qui aboutissent soit à un classement sans suite, soit à un rappel à la loi.

Pour le procureur de Poitiers, cela ne suffit pas. Il faut que ces hommes prennent la mesure de leur geste, mais entre la tape sur la main et la prison, il y a un échelon qu'il fallait créer.

Depuis longtemps, le parquet de Poitiers applique la tolérance zéro vis-à-vis des auteurs de violences conjugales:les cas graves et les cas de récidive sont automatiquement renvoyés devant le tribunal correctionnel. Cela représente 60% des affaires.

Responsabiliser les maris dès la première gifle

Pour les 40% restant, il fallait trouver une sanction alternative, d'où l'idée de ces stages de responsabilisation, un peu sur le modèle des stages de sécurité routière pour les chauffards.

Deux éducateurs et un psychologue pour une dizaine de stagiaires

Dans la Vienne, c'est l'association d'aide aux victimes PRISM (Pôle de Réparation pénale d’Investigation de Soutien éducatif et de Médiation) qui animera ces stages. Cinq modules de trois heures resserrés sur 15 jours. Animés par un binôme de travailleurs sociaux (éducateurs) + un psychologue. Les stages regrouperont huit à dix auteurs de violences conjugales.

Un substitut du procureur référent

Ces derniers passent d'abord devant José Barcoj, le substitut du procureur en charge des violences conjugales. Ce dernier vérifie qu'ils n'ont pas d'antécédents de violences, qu'ils ont réellement envie de faire amende honorable et qu'ils sont prêts à payer 220 euros pour cette composition pénale.

L'objectif : éviter la récidive

Les éducateurs de PRISM ont été spécialement formés pour l'animation de ces stages déjà testés ailleurs en France. Le but est bien sûr d'éviter toute récidive. Cinq modules, cinq thèmes.

  1. l'entretien individuel et le parcours de l'auteur et les peines qu'il encourt en cas de récidive
  2. la conception de couple, les problèmes et les attentes
  3. les conséquences des violences sur la victime
  4. les conséquences sur les enfants
  5. bilan et solutions d'avenir

Premiers stages fin décembre 2017

En cas de nécessité, les auteurs sont renvoyés vers d'autres associations signataires de la convention-protocole pour un accompagnement de soins.

A Poitiers, le Parquet signe une convention avec l'association Prism pour la mise en place de stages anti-violences conjugales - Radio France
A Poitiers, le Parquet signe une convention avec l'association Prism pour la mise en place de stages anti-violences conjugales © Radio France - Isabelle Rivière

Si tout se passe comme prévu, les premiers stages seront proposés fin-décembre 2017, début janvier 2018 dans la Vienne.

Une dizaine d'auteurs sont déjà choisis pour suivre ces modules. En Haute-Vienne où le dispositif a déjà été testé, il n'y a pas eu de récidive après ces stages de responsabilisation.