Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

EN IMAGES | Les permanences de trois députés de la Vienne dégradées dans la nuit

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

Les permanences parlementaires de trois députés de la majorité ont été dégradées dans la nuit du mercredi 7 au jeudi 8 août, au cours d'une action anti-CETA menée par des agriculteurs de la FDSEA et des JA.

La permanence de Nicolas Turquois à Châtellerault.
La permanence de Nicolas Turquois à Châtellerault. - Nicolas Turquois

Poitiers, France

Mauvaise surprise ce jeudi 8 août au matin pour Sacha Houlié (LREM), Jacques Savatier (LREM) et Nicolas Turquois (MODEM). Les permanences dans la Vienne de ces trois députés de la majorité ont été dégradées. Il s'agit d'une action anti-CETA, cet accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada, adoptés il y a quelques semaines par l'Assemblée nationale et voté par ces trois députés.

La permanence de Jacques Savatier ce jeudi matin. - Radio France
La permanence de Jacques Savatier ce jeudi matin. © Radio France - Jules Brelaz

Des parpaings montés devant certaines portes

Sacha Houlié n'est pas présent actuellement sur Poitiers, mais il estime qu'il s'agit d'une action "de membres de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs". "Des murs ont été érigés devant les permanences, avec des tags sur ces murs et du fumiers également", explique-t-il. "C'est surprenant car ce sont des personnes que nous avons rencontrées longuement pour expliquer notre choix". 

Nicolas Turquois, député du Nord Vienne, dénonce ces méthodes

Les deux permanences de Nicolas Turquois, MODEM affilié à la majorité LREM, ont été la cible de cette action des JA et de la FDSEA. Pour l'élu, lui-même agriculteur, les échanges avec les syndicats agricoles ont pourtant été importants dans la Vienne. Il déplore cette méthode : "un de ceux qui a participé au bâchage des locaux de Loudun m'a envoyé des photos, explique-t-il. Je le connais et je lui ai demandé pourquoi il a préféré passer à l'action plutôt que de venir me parler ?". 

Les Jeunes Agriculteurs veulent marquer les esprits

C'est Henri Sureau, le président des jeunes Agriculteurs de la Vienne, qui répond au député sur France Bleu. "Nous voulons marqué les esprits, assène-t-il. Pour mettre la pression sur les députés et montrer aux consommateurs que ces par la voix de ces députés que nous allons importer des produits de moins bonnes qualité. Les sénateurs doivent encore voter en septembre et nous allons aussi les rencontrer."

Une action condamnée par le maire de Poitiers

Dans un communiqué, Alain Claeys condamne ses actions "avec la plus grande fermeté". "Les représentants de la République doivent pouvoir exercer leur mandat en toute liberté", écrit-il. 

Dans les Deux-Sèvres, la permanence de Jean-Marie Fiévet, le député du Nord Deux-Sèvres a déjà été dégradée deux fois à huit jours d’intervalle.