Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vierzon : décès d'une petite fille aux urgences, une enquête ouverte

-
Par , France Bleu Berry, France Bleu

L'incompréhension et la colère d'une famille à Vierzon. Leur petite fille de quatre ans est morte le 23 janvier après avoir été admise aux urgences de l'hôpital. Son père l'avait emmenée vers 11h parce qu'elle avait de la fièvre, il soupçonnait une gastro-entérite.

Allayanna avait quatre ans.
Allayanna avait quatre ans. © Radio France - Michel Benoit

La petite fille avait environ 38 de fièvre. Arrivée aux urgences, elle est perfusée pour être réhydratée. Son père affirme que tout allait plutôt bien. C'est environ deux heures plus tard, que l'état de santé de la fillette se serait dégradé, d'après son père : "Vers 14h ou 15h, ils ont donné plusieurs perfusions à ma fille. Et c'est à ce moment là que la santé de ma fille s'est dégradée. Et le lendemain matin, lorsqu'on est retourné à l'hôpital, le médecin nous a expliqué qu'il lui a donné des doses de cheval parce qu'il ne savait pas d'où venait la fièvre." 

Un scanner et une ponction lombaire sont pratiqués. La petite fille a même fait un arrêt cardiaque avant d'être réanimée. Sa famille affirme que le médecin était constamment au téléphone avec l'hôpital de Tours, comme s'il ne savait pas comment procéder avec l'enfant. 

Les urgences de l'hôpital de Vierzon - Radio France
Les urgences de l'hôpital de Vierzon © Radio France - Michel Benoit

Le procureur de Bourges a ouvert une enquête

Le corps de la fillette était méconnaissable, explique son père, lorsqu'on l'a autorisé à le voir après son décès, vers 20h, "il était gonflé et du sang avait coulé par les yeux, le nez, les oreilles". La famille soupçonne une allergie à l'une des perfusions ou de trop fortes doses. "Cela va faire deux semaines que l'autopsie a été pratiquée et je ne sais toujours rien. On me dit toujours d'attendre. Moi, je ne dors plus, je ne suis pas bien. Il me reste un fils dont je dois prendre soin, mais en temps normal, dans le pays d'où je viens, c'est une vie contre une vie. Je dois prendre sur moi." 

Le procureur de Bourges a ouvert une enquête pour connaitre les raisons du décès, mais il attend les résultats des analyses médicales.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu