Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Vieux et amoureux : la sexualité des seniors en colloque à Serres-Castet

jeudi 26 avril 2018 à 8:55 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn et France Bleu

Comment préserver sa sexualité, ses besoins affectifs et son intimité en maison de retraite ? Un colloque à Serres-Castet ce jeudi se pose la question parce que l'amour est possible dans le troisième, voire le quatrième âge.

Louise de l'EHPAD de Lescar, toujours coquette à 99 ans
Louise de l'EHPAD de Lescar, toujours coquette à 99 ans © Radio France - Daniel Corsand

Lescar, France

La sexualité des seniors, les liens affectifs, l'intimité : c'est le thème d'un colloque qui se tient ce jeudi à Serres-Castet, au théâtre Alexis Peyret. C'est un sujet sensible qui véhicule beaucoup de tabous et de non-dits. Les maisons de retraite médicalisées sont des lieux de vie, et où il y a de la vie, il y a de l'amour. Même si un EHPAD n'est pas l'endroit le plus glamour qui soit.

L'exemple de l'EHPAD de Lescar

À l'Esquirette, il y a 83 résidents. Démographie oblige, comme dans tous les établissements, il y a beaucoup plus de femmes que d'hommes. C'est Lucien qui le fait remarquer, avec une pointe de malice. Il a 82 ans. Il est à l'Esquirette depuis septembre. Sa femme est morte il y a un peu plus d'un an. Il a toute sa tête, i est autonome pour la toilette et pour s'habiller et il aime le contact. C'est un jeune homme par rapport aux autres résidents. Son veuvage est trop récent, dit-il, pour penser à une autre femme que la sienne. Mais il n'exclut pas de revivre "autre chose". 

"Aimer, c'est comme manger et boire"

Pour aborder ce sujet en toute sincérité, Lucien a préféré ne pas dire son identité, parce que le sujet est tabou. C'est sans doute une question de génération, mais pas seulement. Lucien craint le regard des autres, surtout celui des autres résidents. Mais il exprime clairement le fait qui lui n'a pas renoncé à tomber amoureux, et à ressentir du désir. 

Moi, pour l'instant, ça ne m'atteint pas mais ça peut arriver. Si il y a quelqu’un que je veux amener là (dans sa chambre), ça peut poser problème. Il peut se créer des liens. Il suffit que la personne ait un petit handicap mental, c'est difficile. Mais ça peut arriver d'avoir des rapports qui vont au delà de l'amitié   

Pour Lucien, aimer c'est comme manger et boire. C'est la vie

Pas de lit double médicalisé

Pour la direction de l'EHPAD,  le sujet n'est pas tabou. La directrice Anne Lafitte explique qu'elle participe avec deux autres établissement à des réunions d'éthique, durant lesquelles la question de la sexualité des résidents est évoquée. Au cas par cas, quand ils se présentent. À l'Esquirette, quand un couple arrive, il peut disposer de chambres communicantes. Le couple a donc le choix de mettre deux lits dans une chambre et faire de l'autre pièce un salon. Ou alors d'avoir un lit dans chaque chambre. S'il n'y a pas nécessité d'un lit médicalisé, le couple peut également faire suivre son lit conjugal.  En revanche il n'existe pas de lit double médicalisé.

Anne Lafitte la directrice de l'esquirette, l'EHPAD de Lescar

La maison de retraite l'Esquirette de Lescar - Radio France
La maison de retraite l'Esquirette de Lescar © Radio France - Daniel Corsand

Nos invitées ce jeudi matin étaient le docteur Claude Roux-Deslandes, sexologue, et Virginie Gasc, psychologue en maison de retraite.

Le docteur Claude Roux-Deslandes, sexologue, et Virginie Gasc, psychologue en maison de retraite