Faits divers – Justice

Vigipirate : le 35e RI mobilisé depuis trois mois

Par Lorrain Sénéchal, France Bleu Belfort-Montbéliard lundi 13 avril 2015 à 7:50

Le plan Vigipirate se poursuit sur Belfort au moins jusqu'en juillet
Le plan Vigipirate se poursuit sur Belfort au moins jusqu'en juillet © Radio France - François Desplans

Les soldats du 35e régiment d'infanterie de Belfort font partie des 8.500 militaires envoyés dans les grandes villes de France pour protéger des sites sensibles. Leur mission s'effectue dans le cadre du plan Vigipirate, en Vigilance renforcée depuis trois mois dans toute la France.

Trois mois après les attentats de Paris, les militaires assurent toujours notre sécurité. Le Territoire de Belfort est toujours placé en "vigilance renforcée", comme le reste de l'hexagone. Seule la région parisienne et les Alpes-Maritimes restent en alerte attentat.

 Pour assurer ce plan vigipirate, près de 8.500 soldats restent mobilisés jour et nuit dans toute la France, et continuent de protéger les zones sensibles comme les lieux de cultes juifs et musulmans.

A Belfort, les soldats du 35e régiment d'infanterie et du 1er régiment d'artillerie participent au plan Vigipirate mais pas dans l'aire urbaine. Pour des raisons, ce sont des militaires venus d'autres communes qui patrouillent à Belfort, quand nos soldats sont envoyés dans d'autres grandes villes françaises.

Plan Vigipirate ENRO

Le Caporal Thibault fait partie de ces militaires que vous croisez en centre-ville de Belfort en ce moment. Il est souvent salué par la population : "Par exemple on nous a offert de la nourriture. Et puis un "merci", des "bonjours", ça nous fait toujours chaud au coeur" , témoigne le soldat.

Un dispositif fatiguant pour les soldats

 Comme lui, le lieutenant Hugues enchaîne des missions d'un mois. Cela dure depuis janvier, et le dispositif devrait être maintenu au moins jusqu'en juillet. "C'est un rythme qui est un petit peu lourd, qui est fatiguant parce que les missions sont longues" , explique l'officier.

Les hommes ont très peu de permissions. La lassitude se fait sentir, malgré l'entrainement des militaires. Pour le colonel Lebraud qui commande la base de défense de Belfort, l'armée ne pourra pas tenir indéfiniment. "C'est lourd, et en plus c'est coûteux pour la nation : c'est un million d'euros par jour" , selon le colonel.

Plan Vigipirate SON

Dans l'armée, pas question de se plaindre. Et puis le soutien arrive de partout : la ville de Belfort par exemple leur offre des places de foot à Bonnal ainsi que des places de cinéma pour les remercier.