Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Villejuif : le dealer qui bénéficiait d’une immunité diplomatique rapatrié au Cameroun

jeudi 21 décembre 2017 à 16:38 Par Valentin Dunate, France Bleu Paris et France Bleu

Un jeune homme de 20 ans, arrêté la semaine dernière pour trafic de drogue et menace envers des policiers sera rapatrié ce vendredi au Cameroun. Assuré de ne pas être embêté grâce à son immunité diplomatique qu’il tenait de son père, il narguait les policiers et gérait son trafic en toute impunité.

Aéroport Roissy Charles De Gaulle, France le 30 Novembre, 2017
Aéroport Roissy Charles De Gaulle, France le 30 Novembre, 2017 © Maxppp - IP3 PRESS

Villejuif, France

Le vol AF775 d’Air France en direction de Yaoundé aura ce vendredi matin un passager pas comme les autres : un jeune homme de 20 ans rapatrié au Cameroun après avoir nargué les policiers de la BAC du Kremlin-Bicêtre la semaine dernière en abusant de sa protection en tant que fils de haut fonctionnaire de l’ambassade du Cameroun. 

"200 revendeurs" travaillaient pour son trafic 

Selon Christian Cambon, Président de la commission des affaires étrangères, ce jeune homme ne fait "non pas l’objet d’une expulsion car la décision n’émane pas de la France. C’est une décision camerounaise de le rapatrier". Son père est selon le Sénateur du Val-de-Marne "chef de bureau auprès de l’attaché militaire camerounais". Le fils, lui était connu à Villeujuif (Val-de-Marne) pour être un"délinquant récidiviste notoire avec un réseau de plus de 200 revendeurs".  

Le représentant du syndicat Alliance dans le Val-de-Marne, Yohan Maras, explique néanmoins que son comportement n’avait jamais atteint ce degré-là. S’il avait plutôt l’habitude d’être "taquin" avec les policiers, jamais il n’avait menacé de morts des fonctionnaires de police comme ce fut le cas vendredi 15 décembre

Il menaçait de "crever" les policiers

L’affaire débute le mardi 19 décembre. Une jeune femme est arrêtée dans le métro avec, en sa possession 13 pochons de drogue qu’elle expliquait revendre pour le compte du jeune camerounais. Il est donc arrêté, placé en garde à vue mais relâché deux heures plus tard, le parquet ayant donné la confirmation qu’il bénéficiait d’une immunité diplomatique. La somme de près de 500 euros saisis dans son appartement lui est également rendu. 

Le lendemain, vendredi 15 décembre, les policiers de la BAC (Brigade Anti Criminalité)  du Kremlin-Bicêtre se rendent Cité Duclos à Villejuif, pour un contrôle de routine. Le jeune homme est entouré d’amis et se vante d’avoir été libéré la veille et ajoute qu’il va "crever" les policiers.  

Pour Yohan Maras, "Habituellement et encore plus quand il d’agit d’enfant d’employé d’ambassade, on est confronté à des personnes qui vont plutôt faire profil bas et lui c’est totalement l’opposé". Le statut d’immunité diplomatique qui résulte de la convention de Vienne est très protecteur. Les autorités de police n’ont pas un pouvoir d’appréciations, elles doivent le libérer à partir du moment où il n’y pas de crime constaté. Dans ce cas précis, c’est d'avantage son comportement, le fait de revendiquer son statut qui lui vaut d’être renvoyé ce vendredi matin au Cameroun.