Faits divers – Justice

Vimy : des explosions sur le site de stockage de munitions

Par Lise Verbeke, France Bleu Nord et France Bleu dimanche 7 août 2016 à 17:38

Photo d'illustration d'obus stockés au centre de Vimy.
Photo d'illustration d'obus stockés au centre de Vimy. © Maxppp - Johan BEN AZZOUZ

Des explosions se sont produites sur le site de stockage de munitions de la Première Guerre Mondiale de Vimy, prés de Lens, dimanche après-midi. Il n'y a pas de blessé, sept habitations ont été évacuées. La piste accidentelle est privilégiée.

En début d'après-midi, ce dimanche, les habitants de Vimy ont entendu des explosions, comme Christophe qui habite sur les hauteurs de la ville. "J'ai entendu deux explosions vers 14h30, j'ai d'abord cru à une bouteille de gaz dans une maison. Je suis sorti et j'ai vu de la fumée noire au dessus du dépôt de munitions de la Gueule d'Ours". Quand Christophe a voulu aller voir de plus près, il a été arrêté par un barrage de gendarmes.

A un kilomètre à la ronde, autour du site, toutes les maisons ont été évacuées, sept au total, 12 personnes y vivent. Les gendarmes, les pompiers et les démineurs sont sur place. Un hélicoptère survole la zone pour évaluer la situation. Ils vont le faire toute la nuit de dimanche à lundi pour surveiller le site. Dimanche soir, les pompiers ne pouvaient pas y accéder à moins de 400 mètres. Lundi matin, ils devraient de nouveau intervenir.

Selon la préfecture, un incident accidentel s'est déclenché à cause d'une munition contenant du phosphore. L'incendie s'est alors propagé à d'autres munitions, d'où les déflagrations. "Il s'agit de munitions relativement  âgées et sensibles aux conditions climatiques comme la chaleur ou l'humidité, qui pourrait expliquer l'origine de ces détonations". La piste accidentelle est privilégiée. "Il n'y a aucun danger pour la population, les fumées qui se sont échappées ne sont pas toxiques" selon la préfecture.

Le dépôt de munitions de Vimy, dit de la Gueule d'Ours, sert de stockages à plusieurs calibres de munitions de la Première Guerre Mondiale. Il n'y aucune munition chimique, assure la préfecture.

Partager sur :