Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Vingt prévenus à Avignon pour un trafic de drogue dans le Comtat venaissin

mercredi 25 octobre 2017 à 4:26 Par Aurélie Lagain et Jean-Pierre Burlet, France Bleu Vaucluse

Le procès d'un trafic de drogue à Caromb et Carpentras a débuté ce mardi à Avignon. Vingt prévenus comparaissent, 18 sont détenus.

Procès du trafic de drogue à Carpentras et Caromb
Procès du trafic de drogue à Carpentras et Caromb © Radio France - Jean-Pierre Burlet

Avignon, France

Après deux ans d'enquête, 20 personnes comparaissent depuis mardi devant le tribunal correctionnel d'Avignon..

Ils doivent répondre d'un trafic de drogue dans le Comtat venaissin, en 2015 et 2016. Du cannabis et de la cocaïne étaient importés du Maroc, d'Espagne, des Pays-Bas, selon les enquêteurs, ou braqués à d'autres revendeurs, puis distribués dans le village de Caromb et à Carpentras à a cité du Pous du plan et dans le lotissement de St Pochon.

Après deux renvois en juillet et en août, il n'était pas question que ce procès ne se déroule pas cette semaine, faute de quoi il aurait fallu libérer certains des prévenus. Pourtant le démarrage a été un peu lent. Entre question préalable de constitutionnalité, exception de nullité et demande de renvoi pour cause d'avocat absent c'est avec près de deux heures de retard que l'audience à proprement parler a pu commencer.

Le tribunal doit accélérer la cadence pour tenir le rythme

Mais avec 20 prévenus dont la plupart comparaissent détenus l'escorte de gendarmes était impressionnante et la mise en place de tout ce petit monde dans la salle d'audience habituellement réservée pour la cour d'assises.

Ensuite, chaque prévenu a été appelé à la barre. Il a fallu les faire sortir un à un du box des accusés - entre deux gendarmes - et les interroger. Interrogatoires plutôt expéditifs puisque le principal mis en cause n'est pas resté un quart d'heure face à la présidente Deligny. Mais avec 20 accusés et deux jours et demi pour mener à bien ce procès, le tribunal doit accélérer la cadence pour tenir le rythme.

Un réseau très organisé

L'enquête montre un réseau très organisés, tout au moins le fonctionnement d'une exploration de l'économie souterraine qui existe dans certains de nos quartiers. Il y a là celui qui fournit une grande quantité de la drogue qui est revendue dans le secteur. C'est K. B. F., selon l'enquête, enfant du Pou du plan arrêté en flagrant délit de Go fast avec 1 kg de cocaïne et soupçonné d'avoir écoulé des dizaines de kilos de H.

Mais il y a aussi celui qui fait le coursier, celui qui répond au téléphone, ceux qui dealent, ceux qui protègent, ceux qui servent de nourrice et ceux qui jouent les intermédiaires. Les sources d'approvisionnement ce sont le Maroc, l'Espagne et les Pays-Bas. Il y a aussi le carottage qui consiste a cambrioler ou à braquer d'autres revendeurs.

Tout cela est bien classique, ce qui l'est moins c'est que ce petit monde ne se servait d'aucun code et que les écoutes réalisées par le groupe "stup "de la PJ prouvent que quils baignaient a des degrés divers dans la délinquance la plus assumée.

"Il n'est pas à la tête de ce réseau." - Me Sophia Albert Salmeron, avocate du principal prévenu

Réseau organisé, d'ailleurs, la défense fustige cette hypothèse. Maitre Sophia Albert Salmeron défend le principal prévenu, elle veut démonter ce qui est présenté comme un réseau quasi mafieux : "On a tendance à croire que c'est un réseau très organisé. Mais quand on examine ce dossier, on se rend bien compte que s'il y a des personnes qui se connaissent, il y a aussi parmi les prévenus des personnes qui ne se sont jamais rencontrées, qui n'ont aucun lien entre elles, des consommateurs, des petits intermédiaires."

Le jugement est attendu jeudi.