Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Vingt victimes de terrorisme suivies dans la Drôme

jeudi 24 novembre 2016 à 18:09 Par Nathalie Rodrigues, France Bleu Drôme Ardèche

La Drôme compte à ce jour 20 victimes du terrorisme. Le comité local de suivi des victimes s'est réuni pour la première fois en préfecture à Valence ce jeudi.

Des fleurs et des bougies en hommage aux victimes de Nice
Des fleurs et des bougies en hommage aux victimes de Nice © Maxppp - Maxppp

Vingt drômois sont répertoriés sur la liste des victimes de terrorisme: il y a les parents de Raphaël Ruiz, originaire de Bourg-de-Péage, tué au Bataclan, la soeur d'une victime de l'attentat de Nice et deux personnes blessées lors de cette attaque au camion Promenade des Anglais, et puis 15 Drômois touchés par l'attentat du musée du Bardo, à Tunis, en mars 2015. Une famille du département y a perdu un proche, et 12 habitants de Chabeuil et Montélimar ont vécu l'attaque de l'intérieur, cloîtrés dans une salle du musée investi par des djihadistes.

La liste des victimes de chaque attentat peut encore évoluer

La liste n'est pas close. Sept drômois, traumatisés par l'attentat de Nice, sont en train de faire des démarches. C'est le Parquet de Paris qui centralise toutes les plaintes, vérifie les informations, avant d'inscrire ou pas le plaignant sur la liste des victimes.

Coordonner les administrations, les associations sur les dossiers

Au quotidien, pour leur démarches, ces victimes sont épaulées par l'association Remaid qui compte six chargés de mission, deux psychologues et une cinquantaine de bénévoles. Le Comité Local de Suivi qui vient d'être créé lui doit permettre de coordonner tous les interlocuteurs, toutes les administrations qui interviennent dans les procédures. Il rassemble police, gendarmerie, préfecture, autorités judiciaires, CAF, Assurance Maladie, associations de victimes et Office National des Anciens Combattants et des victimes de guerres. Il devrait se réunir deux fois par an pour faire un point sur les dossiers.