Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Viol collectif de Balma : deux Toulousains innocents harcelés sur internet

lundi 26 novembre 2018 à 20:08 Par Simon Cardona et Stéphanie Mora, France Bleu Occitanie et France Bleu

Deux Toulousains de 23 et 25 ans vont déposer plainte cette semaine parce qu'ils se disent victimes collatérales d’une agression qui a marqué les esprits en septembre dernier dans la banlieue de Toulouse. Depuis, ils sont harcelés sur internet.

Les deux Toulousains de 23 et 25 ans vont déposer plusieurs plaintes
Les deux Toulousains de 23 et 25 ans vont déposer plusieurs plaintes © Radio France - Stéphanie Mora

Balma, France

Leur vie est devenue un enfer aux dires de leur avocat. Après le viol collectif d'une jeune femme à la sortie d'une discothèque à Balma en septembre dont la vidéo est devenue virale sur les réseaux sociaux, deux jeunes hommes qui ne sont en rien mêlés à l´affaire sont constamment harcelés. Les deux Toulousains ont donc décidé de porter plainte. Ce sera chose faite cette semaine.

En photo avec l'un des suspects

Dans la nuit du 15 au 16 septembre dernier, une jeune femme de 19 ans a été violée sur le parking de la discothèque Le Carpe Diem, à Balma dans la banlieue de Toulouse. La scène a été filmée et diffusée sur les réseaux sociaux dans la foulée. 

Depuis, cinq suspects sont en détention provisoire. Mais l'emballement des internautes a provoqué la diffusion d'autres photos, mettant injustement en cause ces deux Toulousains. "C'est une histoire invraisemblable, de la malchance, raconte leur avocat Me Sylvain Cormier. Ils ont fait un selfie avec l'un des suspects lors d'un mariage, dans un contexte qui n'avait bien entendu rien à voir, et antérieur aux faits reprochés. Cette photo s'est répandue sur internet avec pour commentaire 'voilà les violeurs, faites diffuser ça le plus possible', le tout assorti de menaces de morts, d'appels au lynchage, etc.".

Une de leurs plaintes sera déposée pour dénonciation calomnieuse. Objectif : retrouver les diffuseurs de cette fausse information. Mais le combat judiciaire des deux jeunes toulousains s'annonce compliqué. Leur avocat doit faire entendre aux firmes propriétaires des réseaux sociaux la nécessité de stopper la diffusion du cliché et surtout obtenir les informations sur les personnes qui le relaient de façon diffamatoire. Me Sylvain Cormier s'attend à une longue procédure.

"C'est vraiment très dur pour eux" - Me Sylvain Cormier

En attendant les décisions de justice traduites, les relances auprès des réseaux sociaux, les deux victimes collatérales et leurs familles devront continuer à vivre avec les regards suspicieux au travail, les messages violents et les menaces. À cause de ce harcèlement permanent sur internet, l'un des deux hommes n'ose plus sortir de chez lui.