Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Viol d'une fillette à Genlis en 2016 : le collectif "Droits des femmes 21" redoute un non-lieu

-
Par , France Bleu Bourgogne

Alors que l'instruction semble close dans l'enquête sur le viol d'une fillette à Genlis en novembre 2016, et qu'aucun coupable ne semble avoir été trouvé, le collectif "Droits des femmes 21" écrit au Procureur et au Sécrétaire d'Etat en charge de l'enfance et des familles. Il redoute un non-lieu.

L'école de Genlis où la fillette aurait été agressée sexuellement.
L'école de Genlis où la fillette aurait été agressée sexuellement. © Radio France - Victoria Koussa

Le courrier a été adressé ce mardi 23 mars au Procureur de la République de Dijon, Eric Mathais, ainsi qu'au Secrétaire d’Etat en charge de l’enfance et des familles, Adrien Taquet. Il est signé par les coordinatrice du collectif, Anne-Lise David, Françoise Heurtaux et Marie Vindy.

Pas de suspect malgré des traces ADN retrouvées 

Dans cette lettre, ses auteures interpellent le patron de la justice à Dijon et le représentant du gouvernement après avoir appris la fin de l'instruction dans cette sordide affaire qui remonte au 14 novembre 2016 à Genlis. Elles se disent "stupéfait.e.s" qu’une telle décision ait été prise, sans _aucune mise en examen, malgré les éléments révélés par le Procureur de la République lui-même, puis par de très nombreux médias locaux et nationaux, les preuves du viol se doublant d’une possibilité scientifique d’identifier l’auteur_"

Quelle protection pour la petite victime ? 

Le collectif rappelle également', au moment où la parole se libère autour des violences sexuelles commises sur les mineur.e.s, "que tous les récits des victimes d’inceste ou de pédocriminalité actuellement révélés montrent des traumatismes sévères et _la souffrance de ces enfants_, même devenus adultes".  Anne-Lise David, Françoise Heurtaux et Marie Vindy estiment que la justice se doit de protéger les enfants victimes. 

"Nous tremblons devant la possibilité que ce crime particulièrement grave ne débouche sur cette terrible décision de « non-lieu », actant que rien de ce qui a été vécu par la petite victime n’ait vraiment été reconnu, sans identification du coupable." conclu le Collectif Droits des Femmes 21.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess