Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Viol en récidive au Mans : un avocat écrit au gouvernement

lundi 11 mars 2019 à 19:33 Par Boris Hallier, France Bleu Maine

Jean-Philippe Peltier réclame l'introduction dans le droit français de la notion de préméditation pour les faits de viol. L'avocat réagit ainsi à une affaire de viol en récidive commis au Mans.

Maître Jean-Philippe Peltier, avocat au Mans.
Maître Jean-Philippe Peltier, avocat au Mans. © Radio France - Fabien Obric

Le Mans, France

En janvier dernier, un homme d'une vingtaine d'année est mis en examen et placé en détention provisoire pour viol en récidive. Les enquêteurs le soupçonne d'avoir agressé une jeune femme, alors qu'elle rentrait chez elle, le 27 décembre dernier. L'homme l'aurait violée dans le hall de l'immeuble après l'avoir repérée dans le tramway. 

Le suspect est déjà connu de la justice puisqu'il vient de sortir de prison, après avoir bénéficié d'une remise de peine. Il avait été condamné en 2013 à 9 ans de réclusion criminelle pour le viol d'une jeune femme. Toujours au Mans. 

"Un prédateur"

Avocat de la première victime, Jean-Philippe Peltier avait décrit l'accusé comme une "prédateur" qui avait minutieusement prépare son crime. "A l'époque, je regrettais déjà que la notion de préméditation ne constitue pas une circonstance aggravante en matière de viol", explique-t-il.

L'avocat manceau a donc pris sa plume et écrit à la ministre de la justice, Nicole Belloubet et à la secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa. Il leur demande d'introduire dans le droit français la circonstance aggravante de préméditation en matière de viol. 

"S’il est incontestable que le fait de commettre un viol du fait d’une pulsion non maîtrisée est un crime, il est beaucoup plus grave, beaucoup plus inquiétant et beaucoup plus problématique en termes de fait social, de mettre sa réflexion, son intelligence, au service d’une pulsion sexuelle non maîtrisée", écrit-il. "Le violeur ayant agit avec préméditation aura donc une tendance à récidiver non seulement parce qu'il aura assumé son acte, mais également parce qu'il ne sera peut être pas appréhendé immédiatement."