Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Viol filmé sur le parking d'une boîte de nuit près de Toulouse : des peines de 7 à 10 ans de prison prononcées

Quatre hommes âgés de 21 à 27 ans ont été condamnés ce jeudi 4 mars à Toulouse à des peines de 10, 9 et 7 ans de prison. Ils sont reconnus coupables d'avoir violé et diffusé sur internet la vidéo du viol d'une jeune femme aux abords d'une boîte de nuit de Balma (Haute-Garonne) en 2018.

Le palais de justice de Toulouse
Le palais de justice de Toulouse © Radio France - Bénédicte Dupont

Les quatre hommes sont reconnus coupables par la cour criminelle. Ils avaient entre 18 et 24 ans à l'époque des faits en septembre 2018. Cette nuit-là, ils ont violé une jeune fille de 18 ans sur le parking de la discothèque Le Carpe Diem, à Balma. Le tout en filmant les scènes et en diffusant les vidéos sur les réseaux sociaux Snapchat et Twitter. Le parquet avait requis entre 9 et 13 ans de prison.

Démarche préméditée et consciente

Un des accusés, reconnu comme l'organisateur principal de ce viol collectif écope de dix années de prison. Deux autres, accusés d'avoir aussi filmé et posté les vidéos sur internet, sont condamnés à neuf ans et le dernier à sept années de prison.

"Il y a eu une démarche préméditée et consciente des relations sexuelles, visibles sur les vidéos. Et ces quatre hommes ont exercé des violences physiques." - David Sénat, l'avocat général

Les quatre accusés avaient déjà un passé judiciaire avant les faits.

"Depuis ces viols multiples, elle ne vit plus, ne travaille plus", a rappelé Issa Ravyn, l’avocate de la jeune femme âgée de 21 ans aujourd'hui. Elle demande la somme de 120.000 euros de dédommagement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess