Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

"A part me tuer, il ne peut pas faire pire", violée à Rennes, Julie témoigne avant le procès de Florian Varin

Julie (prénom d'emprunt) a été violée en septembre 2012 à Rennes. Sept ans après les faits, cette Bretonne s'apprête à vivre dans quelques mois le troisième procès de son agresseur présumé Florian Varin. En appel, il a été condamné à 30 ans de réclusion pour six viols et une tentative de meurtre.

Le troisième procès de Florian Varin pourrait avoir lieu en 2020
Le troisième procès de Florian Varin pourrait avoir lieu en 2020 © Maxppp - XAVIER DE FENOYL

Florian Varin a été condamné une première fois en 2015 à 30 ans de réclusion criminelle. En 2018, lors de son procès en appel, nouvelle condamnation et peine identique prononcée à l'encontre de ce jeune violeur en série, reconnu coupable de six viols et d'une tentative de meurtre.

En septembre 2019, la Cour de cassation annule ce procès en appel à cause d'un vice de procédure. Dans quelques mois, les victimes devront donc affronter une nouvelle audience, et raconter une nouvelle fois les atrocités qu'elles ont subies.

Au cours de ce troisième procès, les avocats de l'accusé espèrent de nouvelles expertises pour montrer que leur client, des années après avoir commis ses crimes, n'est plus aussi dangereux. La défense espère obtenir une réduction de peine.

Florian Varin risque la prison à perpétuité. Cet homme, originaire d'Ille-et-Vilaine, est poursuivi pour six viols commis entre décembre 2011 et novembre 2012 dans plusieurs villes, dont Rennes, Le Mans, La Rochelle, Niort et Toulouse. 

"Chaque jour qui passe me rapproche du jour de sa sortie" dit Julie la victime rennaise.

Julie, la victime Rennaise, a aujourd'hui 30 ans. Elle assistera aux débats pour faire entendre la douleur et le quotidien des femmes violées. Sept ans après les faits, elle se bat avec dignité et détermination. 

  • France Bleu : Comment vivez-vous l'annonce de ce troisième procès sept ans après le viol ?

Julie : Notre quotidien n'est pas serein, parce qu'il (NDLR : Florian Varin) revient tout le temps. Quand on pense remonter la pente, on a un nouveau procès. On est en 2019 et ce n'est toujours pas fini. Jour après jour, je me dis que je me rapproche de la sortie de Florian Varin. Même si c'est dans 20 ans, c'est un moment que je redoute réellement. J'ai peur qu'il veuille se venger quand il va sortir. Il m'a déjà tout enlevé. A part me tuer, il ne peut pas faire pire que ce qu'il a déjà fait. J'essaie de ne plus penser à lui, j'essaie de penser à ce qu'il m'a enlevé et à ce que je ne récupérerai jamais. Je pense à moi, à ma famille, à nous les autres victimes. Tous les jours, je pense à quand il sortira. Il sera toujours présent, ça va passer très vite. Il sortira toujours trop tôt pour nous. 

  • Quelles sont les séquelles dont vous souffrez ? 

Des séquelles psychologiques et physiques. Il m'a enlevé le respect de moi même, la dignité. Même sept ans après, ça reste compliqué. J'ai peur la nuit, même chez moi. Il faut que je ferme les volets, la porte à clé. J'ai besoin d’être barricadée à partir du moment où il fait nuit je vois tout en noir et j'ai réellement peur.

  • Comment surmontez-vous cette épreuve ?

On n'a pas le choix. On essaie d'avancer. Je pense qu'on est toutes (NDLR : les victimes) très courageuses au final et on est très fortes pour cacher ce qu'on ressent, pour ne pas inquiéter nos proches. Soit on décide parfois de faire semblant d'aller bien, soit on part en dépression, on a des idées noires ou on ne veut plus être de ce monde. On subit ce qui nous arrive. On a subi les viols et les tentatives de meurtre mais on subit aussi la justice. Soit on baisse les bras soit on avance. Moi je ne baisserai pas les bras. Il (NDLR : Florian Varin) ne m'aura pas à l'usure. Je serai au troisième procès : pas pour lui mais pour moi ! J'y serai pour me battre contre lui, pour que la justice entende ce qu'il m'a fait. Je veux qu'on reconnaisse tout ce qu'il a détruit. Il y a des victimes par ricochet, il y a nos familles, nos conjoints. Il n'a pas détruit une seule personne. Quand un homme fait ça, quand il y a un viol, il touche d'autres personnes autour.

Julie, la victime rennaise, se bat pour faire entendre la douleur et le quotidien des victimes

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu