Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Violences communautaires à Dijon

Violences à Dijon : le fort de la Redoute à Saint-Apollinaire fouillé par les forces de l'ordre

-
Par , France Bleu Bourgogne
Saint-Apollinaire, France

La police et la gendarmerie sont intervenues ce jeudi matin au fort de la Redoute à Saint-Apollinaire, dans le cadre de l'enquête sur les violences qui ont embrasé l'agglomération dijonnaise il y a une dizaine de jours.

Les violences de juin 2020 au sein du quartier des Grésilles à Dijon
Les violences de juin 2020 au sein du quartier des Grésilles à Dijon © Radio France - Thomas Nougaillon

Dix jours après les violences qui ont embrasé l'agglomération dijonnaise , une quatrième intervention des forces de l'ordre a eu lieu ce jeudi matin. Après le quartier des Grésilles à Dijon, le quartier du Mail à Chenôve et Auxonne, c'est à Saint-Apollinaire que les forces de l'ordre ont concentré leurs recherches ce jeudi. Plus précisément au fort de la Redoute, ancien fort militaire reconverti en parcours de santé. 

Ces différentes opérations ont débouché sur des saisies d'armes, factices ou non, de drogue et d'argent liquide. Plusieurs personnes ont été interpellées depuis le début de la semaine, et si certaines ont été mises hors de cause et sont ressorties libres, il reste ce jeudi matin 14 personnes en garde à vue. 

Des peines pouvant aller jusqu'à cinq ans d'emprisonnement 

Les personnes interpellées mercredi à Auxonne et à Saint-Apollinaire sont en garde à vue pour "délit de participation avec arme à un attroupement par une personne dissimulant volontairement son visage afin de ne pas être identifié, infraction punie de 5 ans d'emprisonnement", précise le procureur de la République de Dijon Eric Mathais dans un communiqué. 

Les gardes à vue des personnes interpellées lundi ont été prolongées mercredi de 48h maximum. Le procureur de la République de Dijon envisage de faire un point sur l'enquête en fin de semaine. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu