Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Violences communautaires à Dijon

Violences à Dijon : les policiers spécialisés savaient qu’un raid de la communauté tchétchène se préparait

Avant le week-end marqué par les violences à Dijon, le renseignement territorial de l'Aube avait intercepté un message sur les réseaux sociaux la veille du raid organisé par des membres de la communauté tchétchène. Il avait notamment prévenu le préfet de Côte-d'Or par une note.

Violences à Dijon
Violences à Dijon © Radio France - Thomas Nougaillon

On en sait plus sur la chronologie de l'expédition punitive à Dijon de la part de certains membres de la communauté tchétchène le week-end du 13 juin. Les policiers spécialisés avaient connaissance qu’un raid de la communauté tchétchène à Dijon était en préparation, rapportent nos confrères de France Télévisions, une information confirmée par France Info. Néanmoins, les actions se sont déroulées plus tôt que prévu. 

Une note alarmiste dès le vendredi

Le vendredi 12 juin, le service du renseignement territorial de l’Aube a rédigé une note alarmiste intitulée "Tchétchènes : appel à expédition punitive à Dijon". Un document transmis à toute la hiérarchie quelques heures seulement avant le début de l’expédition punitive, notamment au préfet de Côte-d'Or, que France Télévisions a pu consulter.

Tout part d’un message intercepté par les policiers et les gendarmes sur le réseau Snapchat, le 11 juin. Ce texte est rédigé par un membre de la communauté tchétchène résidant dans la banlieue de Troyes (Aube). L’homme de 24 ans lance un appel au rassemblement "pour les frères de Dijon et des alentours. Très important !" Il fait le récit d’un incident survenu selon lui, la veille, impliquant "des Arabes de 25-30 ans" et deux Tchétchènes de 19 et 15 ans.

Les renseignements tablaient sur une opération plus tardive

En revanche, les renseignements envisagent une action de la communauté tchéchène entre le 15 et 19 juin. Dans la réalité, dès le samedi 13 juin, des Tchétchènes se rendent en masse à Dijon pour affronter des jeunes du quartier des Grésilles.     

Selon les habitants des Grésilles, qui ont tourné de multiples vidéos, la réponse policière n’a pas été à la hauteur : la nuit du samedi au dimanche a été particulièrement tendue. Le calme est revenu lundi. Tardivement, en dépit du premier signal d’alerte lancé trois jours plus tôt. Des perquisitions ont eu lieu vendredi 19 juin, dans la matinée, dans les quartiers sensibles des Grésilles, à Dijon, et du Mail, à Chenôve. "Les opérations de police visent à rechercher des armes, des munitions et des stupéfiants", a indiqué Bernard Schmeltz, le préfet de Côte-d'Or.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu