Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violences à Évreux : "Je veux déménager" témoigne un habitant de La Madeleine

Après les violences survenues dans le quartier de la Madeleine à Évreux dans la nuit du 3 au 4 avril 2021, un majeur sera présenté en comparution immédiate au tribunal et trois mineurs à un juge des enfants. Dans le quartier, ces violences exaspèrent certains habitants au point de vouloir déménager.

Un des rues du quartier de la Madeleine à Évreux ce lundi (photo d'illustration)
Un des rues du quartier de la Madeleine à Évreux ce lundi (photo d'illustration) © Radio France - France Bleu Normandie

Vincent habite dans le quartier de la Madeleine à Évreux depuis 2016 mais il multiplie les démarches pour déménager. "L'année dernière, on avait eu des rodéos motos. C'était pendant le confinement, au mois de mai" rappelle-t-il. Il y avait aussi eu des violences urbaines dans le quartier mi juillet 2020. "Ça devient plus fréquent" déplore l'habitant qui dit avoir peur pour ses enfants"au niveau de l'éducation. L'éducation comme je peux leur apporter à l'intérieur de la maison, c'est une chose. Après ce qui les entoure dehors, c'est toute une autre histoire. Je suis sûr qu'il y a beaucoup de parents qui ne savent pas ce que leurs enfants font dehors, qui sont tranquilles en pensant qu'ils sont juste avec les copains. Et ils ne savent pas ce qui vraiment est leur vie. Et j'ai peur effectivement pour eux, comme j'ai peur très souvent, pour eux, pour moi et pour ma femme". Et Vincent de s'interroger sur la présence d'enfants dehors dans le quartier après le couvre-feu et de dénoncer"le laisser-aller des parents".

Le mal est beaucoup plus profond. C'est comme un cancer qui gagne petit à petit - Vincent

Pourtant, Vincent le dit d'emblée : "La Madeleine, c'est agréable, il y a des arbres, il y a des aires de jeux pour les enfants. Ce qui est dommage, c'est qu'ils n'arrivent pas à profiter de ces aires de jeux parce que souvent, elles sont envahies par les dealers pour faire leurs petites affaires. Et les enfants en pâtissent. Après, c'est pas seulement les enfants. Ça entraîne aussi nous, on se sent mal. C'est dommage qu'il y a _cette grosse gangrène qui est là et qui nous gâche notre vie_". Depuis trois ans, Vincent et sa famille cherchent à quitter La Madeleine pour un quartier plus tranquille. 

"Je cherche à partir depuis trois ans" témoigne Vincent

Un point de deal devant ses fenêtres

Vincent écarte le rideau de son coquet salon : "Regardez, c'était juste là, des voitures qui sont stationnées constamment sur place, qu'ils déplacent pas du tout, qui sont stationnées jour et nuit et qui servent strictement à ça" explique-t-il. Depuis une semaine, les voitures ont été enlevées par la fourrière et Vincent salue l'action de la police : "Ils sont assez présents. On ne peut pas dire que c'est une cité qui soit laissée à l'abandon par les forces de l'ordre" mais"le lendemain, ils ouvrent ailleurs et après, ils reviennent ici et repartent ailleurs. C'est un jeu du chat avec la souris. Je pense qu'il y aura jamais de fin" soupire Vincent. 

TEMOIGNAGE - Vincent n'en peut plus de voir des dealers sous ses fenêtres

Six personnes ont été interpellées et quatre ont été mises en cause. Trois mineurs et un majeur seront présentés à la justice pour violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique et rébellion. Le maire d'Évreux, Guy Lefrand attend des"réponses fortes" de la part de la justice "parce qu'aujourd'hui on voit bien que si on oublie un morceau de papier pour aller acheter son pain à la boulangerie, on risque 135 euros d'amende et d'autres qui cassent tout et qui agressent les forces de l'ordre ont trop souvent un sentiment d'impunité"

La réaction du maire d'Évreux, Guy Lefrand

Choix de la station

À venir dansDanssecondess