Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Violences à la fac de droit de Montpellier

Violences à la fac de droit de Montpellier en 2018 : l'ancien doyen renvoyé devant le tribunal

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Sept personnes seront renvoyées devant le tribunal correctionnel de Montpellier pour les violences commises à la fac de droit en mars 2018. Parmi elles, l'ancien doyen de la fac Philippe Pétel et l'ancien professeur d'histoire Jean-Luc Coronel de Boissezon.

Les violences avaient été filmée par certains étudiants
Les violences avaient été filmée par certains étudiants - capture d'écran

Il y aura bien un procès dans l'affaire des violences commises à la fac de droit de Montpellier en mars 2018. Sept personnes devront prochainement s'expliquer devant la justice, parmi lesquelles l'ancien doyen de la fac, Philippe Pétel, et le professeur d'histoire Jean-Luc Coronel de Boissezon.

En mars 2018, un commando d'une dizaine de personnes avait fait irruption dans un amphithéâtre de la fac de droit à Montpellier. Armés de lattes de bois, le visage caché, ils voulaient déloger des étudiants extérieurs à la fac qui occupaient l'université. 

Le professeur Jean-Luc Coronel de Boissezon est soupçonné d'être le meneur et en tout cas d'avoir participé à l'expulsion violente. Il est poursuivi pour avoir frappé un des étudiants. Il a lui aussi reçu des coups ce soir-là et a toujours affirmé n'avoir fait que répliquer. 

Ma cliente n'est pas belliqueuse 

La compagne de l'enseignant, Patricia Margand est poursuivie pour complicité. Avec son téléphone, et de son propre chef, elle aurait contacté des sympathisants de la Ligue du Midi, groupuscule régionaliste d’extrême droite pour participer à cette opération commando. "Elle était en contact avec diverses personnes qui étaient prêtes à venir gérer la situation avant l'arrivée de la police, mais la situation a échappé au contrôle de tout le monde explique son avocat"

Michaël Poilpré, l'avocat de Patricia Margand

Mon client pensait ouvrir à des policiers

Quant au doyen de la fac, Philippe Pétel, il est renvoyé devant le tribunal pour complicité de violence. Il n'a porté aucun coup, mais c'est lui qui aurait donné l'ordre d'ouvrir les portes de l'amphithéâtre pour permettre aux assaillants d'entrer. _"Il n'a jamais été en contact avec les personnes qui venaient de l'extérieur, ils ne se connaissaient pas. Il n'a jamais pensé que des violences allaient être perpétrées, les gens étaient vêtus de noirs, calmes, mesurés avec qui il a eu un échange très bref"_explique son avocate.

Iris Cristol, l'avocate de Philippe Pétel

C'est une enseignant exceptionnel qui ne peut plus exercer aujourd'hui

Philippe Pétel a été démis de ses fonctions de doyen de la fac de droit, un séisme dans sa vie ajoute son avocate "Cet homme a été très marqué, c'était un enseignant exceptionnel et il a été traîne dans la boue, interdit d'exercer. Il a payé un lourd tribu à ce qui s'est passé ce soir là à la fac. Chacun sait que c'est un homme précieux qui ne peut plus enseigner aujourd'hui"

Iris Cristol, l'avocate de Philippe Pétel avait aussi été son élève à la fac de droit

Quatre autres personnes sont renvoyées devant la justice pour les violences, toutes proches des milieux d'extrême droite, parmi lesquelles Martial Roudier, fils du leader du mouvement de la Ligue du Midi Richard Roudier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess