Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violences à Montbéliard : le préfet du Doubs veut mettre l'accent sur les interpellations

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Au lendemain des nouveaux incidents qui ont émaillé le quartier de la Petite Hollande à Montbéliard, le préfet du Doubs annonce la mise en place au commissariat de Montbéliard d'un groupe technique destiné à avancer sur la délicate question des interpellations.

Le préfet du Doubs, Joël Mathurin, aux cotés de la maire de Montbéliard, Marie-Noëlle Biguinet.
Le préfet du Doubs, Joël Mathurin, aux cotés de la maire de Montbéliard, Marie-Noëlle Biguinet. © Radio France - Christophe Beck

Après le nouvel épisode de violences urbaines qui a frappé ce dimanche le quartier de la Petite Hollande à Montbéliard, le préfet du Doubs Joel Mathurin s'est rendu sur place ce lundi pour faire le point sur la réponse policière apportée à ces troubles.  

Six voitures appartenant à une association qui oeuvre pour les majeurs protégés ont été incendiées. 40 policiers et gendarmes, mobilisés en trois quart d'heure. ont permis un retour au calme en milieu de soirée. Il n'y a eu ni blessés, ni interpellation.  

Sur le court terme, Joel Mathurin annonce le déploiement d'une demi compagnie de CRS sur le quartier afin de prévenir toute reprise des hostilités.

Le préfet du Doubs pris à partie par un groupe de jeunes du quartier de la Petite Hollande
Le préfet du Doubs pris à partie par un groupe de jeunes du quartier de la Petite Hollande © Radio France - Christophe Beck

Mais d'autres mesures suivront. La première de ces mesures, c'est une réflexion sur la manière de réussir des interpellations au moment de ces incidents. Dimanche, il n'y a eu aucune, en raison du nombre important de jeunes impliqués dans ces incidents et leur mobilité. "Nous allons nous inspirer de ce qui se passe ailleurs, notamment en Ile de France", indique le préfet du Doubs, Joel Mathurin. 

"Nous allons travailler à améliorer nos techniques d'interpellation"; indique Joël Mathurin

Il annonce "la mise sur pied d'un groupe technique au commissariat de Montbéliard.sur cette question de l'interpellation".  Car sans interpellations, pas de réponse judiciaire à ces troubles "qui n'ont rien de spontanés", insiste le préfet. Ce dimanche encore, ces incidents ont été méthodiquement planifiés et organisés, avec une fausse agression et un guet-appens dressé aux forces de l'ordre.  

Autre réponse, plus conventionnelle, l'Etat va accompagner la ville de Montbéliard dans son équipement en caméras de vidéo surveillance. Il y a en une quinzaine aujourd'hui sur le quartier de la Petite Hollande. L’objectif, à moyen terme, est de doubler ce nombre, indique le préfet. 

Ces caméras qui étaient dans le viseur des violences de novembre dernier où un engin de chantier a fait tomber les trois mats récemment installés par la ville de Montbéliard.

Le syndicat Alliance Police Nationale pointe la réponse judiciaire, qui selon lui, n'est pas toujours à la hauteur de la gravité des élèvements. Alliance réclame la mise en place d'un observatoire des peines encoures, prononcées et réellement exécutées. Il demande également que Montbéliard entre dans la liste des quartiers urbains particulièrement difficiles.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess