Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Violences à Montpellier : "On n'est plus dans la revendication, mais dans le combat de rue", Philippe Saurel

-
Par , France Bleu Hérault

Philippe Saurel, le maire de Montpellier, dénonce les violences commises samedi lors de l'acte VIII des gilets jaunes. Il demande plus de présence policière sans pour autant vouloir museler la démocratie, "un équilibre difficile" ajoute-t-il

Manifestation des gilets jaunes le 29 décembre 2018 à Montpellier.
Manifestation des gilets jaunes le 29 décembre 2018 à Montpellier. © Maxppp -

Montpellier - France

Philippe Saurel, le maire de Montpellier a réagi fermement après les violences commises samedi lors de la manifestation des gilets jaunes. Des manifestants ont affronté les forces de l'ordre à plusieurs reprises à la gare Saint-Roch et sur la place Jean Jaurès notamment. 

"Il faut plus de policiers, sans pour autant museler la démocratie"

"C'est un phénomène national, Montpellier n'a pas subi les mêmes déprédations que Toulouse, Marseille, Nantes ou Paris, mais la pression monte, c 'est dangereux pour les citoyens et pour l'économie de la ville. Les commerçants ferment, les ville est bloquées. il faudrait plus de policiers pour préserver les établissements publics et les citoyens, en même temps je ne suis pas pour museler la démocratie, c'est un équilibre difficile je l'admets."

Il faut plus de policiers pour préserver l'économie de la ville" Philippe Saurel

"Si la vitre avait lâché, ils les auraient lynché"

"J'ai pu constater outre les jets de pavés et de morceaux de goudrons sur les vitrines créant des centaines de milliers d'euros de dégâts, le jet de ballon de baudruche rempli d'acide. Les services de sécurité de la SNCF et les policiers présents étaient extrêmement choqués parce que près de 200 personnes étaient de l'autre côté de la vitre, et les menaçaient, si la vitre avait cédé, ils les auraient lynchés. ce sont des faits de guérillas urbaines, on n'est plus dans les gilet jaunes et les revendications citoyennes, on est dans le combat de rue. Je considère que manifester oui, casser la ville non."

"A la gare certains ont lancé des ballons de baudruche remplis d'acide" Philippe Saurel

"On ne peut pas tout régler par la répression, mais là on n'est plus dans la démocratie"

"Je demande à ce que les forces de sécurité du pays, le préfet de région, le préfet du département, le ministère  de l'intérieur prennent en compte ce que je dis parce qu'il ne s'agit pas de manifestations simples mais de manœuvres très organisées qui commencent par casser les caméras de surveillances avant de s'en prendre aux établissements publics et aux forces de l'ordre. Je ne suis pas en train d'expliquer qu'il faut tout régler par la répression, j'explique juste qu'il y a des casseurs qui utilisent des pavés, des battes de base-ball, des barres de fer, des ballons de baudruches. On n'est plus dans la revendications, on n'est plus dans la manifestation, on n'est plus dans la démocratie, et ça ce n'est pas acceptable." 

"Il ne s'agit plus de manifestations simples, mais de manœuvres organisées" Philippe Saurel

Choix de la station

France Bleu