Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violences à Valence : le maire "excédé" et des riverains apeurés qui se sentent "stigmatisés"

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Ce mardi soir, des bus ont été caillassés, des poubelles enflammées et des tirs de fusées d'artifices ont visé des policiers à Fontbarlettes. Deux jeunes sont convoqués devant le procureur et les chauffeurs de bus Citéa ne desserviront plus le quartier dès ce mercredi à partir de 16 heures.

Des immeubles du quartier Fontbarlettes à Valence
Des immeubles du quartier Fontbarlettes à Valence © Radio France - Stéphane Milhomme

Lundi soir, à la demande du préfet, un escadron de gendarmes mobiles est arrivé à Fontbarlettes. Le calme est revenu aux alentours de 20 heures. Vers 21 heures, deux jeunes riverains âgés de 18 et 24 ans sont placés en garde à vue. A bord d'une voiture, les deux hommes sont contrôlés avec un couteau sur eux et un fusil à plomb air soft. Sortis de garde à vue ce mercredi, ils sont convoqués devant le procureur le 11 janvier prochain. 

Citéa réagit 

Dès ce mercredi et ce jusqu'à la fin des vacances scolaires, les bus de la compagnie Citéa ne desserviront plus le quartier après 16 heures. Les syndicats de la compagnie préviennent qu'ils arrêteront complètement le service si de nouveaux caillassages se produisent. En cas de récidive, les bus numéro 7, 8 et C1 ne circuleront plus du tout dans Fontbarlettes jusqu'à la rentrée.

"Ce n'est pas près de s'arrêter, tout le monde en a marre"

Fadhil habite dans le quartier du Polygone. Il a filmé deux arbres incendiés de l'école Albert Bayet et a publié la vidéo sur les réseaux sociaux, "depuis le couvre-feu, tous les soirs ça brûle."

Les riverains sont inquiets, "ils n'osent plus sortir le soir. Tout le monde en a marre et ce n'est pas près de s'arrêter." Pour Fadhil, l'assassinat de l'enseignant Samuel Paty ainsi que les caricatures de Mahomet publiées par Charlie Hebdo seraient en partie à l'origine de ces tensions. "Les familles de confessions musulmanes se sentent montrées du doigt ici, ajoute Fadhil. Y a eu un terroriste de confession musulmane, ça ne veut pas dire que tous les musulmans sont pareil.

Ce riverain regrette notamment le "manque" de soutien et de subventions de la mairie pour les associations venant en aide aux jeunes valentinois de Fontabarlettes, du Polygone et du Plan.

"Le coup de gueule de Nicolas Daragon"

Le maire de Valence a réagit ce mercredi dans un communiqué après ces tensions. Nicolas Daragon se dit "excédé, pour ne pas dire _scandalisé par ces comportements irresponsables, je souhaite que ces jeunes soient identifiés et interpellés au plus vite_, pour être condamnés avec toute la sévérité requise."

"Des jeunes idiots qui font n'importe quoi"

Nicolas Daragon précise dans ce communiqué ne pas vouloir transiger avec la sécurité des populations et s'interroge : "comment le pouvoir central peut-il justifier, accepter et admettre que 99,9 % de la population soit confinée chez elle à partir de 21 h, sans être capable de maîtriser les 0,1 % de jeunes idiots qui font n’importe quoi ?

Nicolas Daragan a réagit ce mercredi après les violences qui ont éclaté à Valence via un communiqué
Nicolas Daragan a réagit ce mercredi après les violences qui ont éclaté à Valence via un communiqué
Choix de la station

À venir dansDanssecondess