Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violences au commissariat de Pau : deux policiers devant la justice

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre, France Bleu

Deux policiers de Pau ont comparu ce mercredi devant le tribunal de Tarbes. Dans la nuit du 19 au 20 octobre dernier, ils ont frappé un mineur qui était menotté. La scène a été filmée et diffusée à l'audience.

La salle d'audience où s'est tenu le procès
La salle d'audience où s'est tenu le procès © Radio France - Daniel Corsand

Le procès de deux policiers s'est tenu ce mardi à Tarbes. Deux policiers de Pau jugés pour violences aggravées. Les faits se sont déroulés au commissariat. La victime est un jeune de 16 ans interpellé et emmené à l'hôtel de police par la police municipale. Cela s'est passé dans la nuit du 19 au 20 octobre dernier. Le jeune a eu le tympan percé, alors qu'il était ivre et surtout menotté. Le tribunal a demandé un supplément d’enquête et le procès reprendra en octobre. Mais lors de ce début d'audience on a vu les images de ces violences, tournées par la "caméra piéton" d'un des policiers municipaux présent sur place.

Le choc des images

Les images sont accablantes pour les policiers. Le jeune est assis sur un banc, les mains menottées dans le dos. Il agonie d'injures les policiers présents dans la pièce. Cela dure plusieurs minutes quand tout à coup, un fonctionnaire de police s'approche et lui assène quatre grosses gifles et autant de coups de poing. Le jeune s'est couché sur le banc et on ne voit pas où arrivent ces coups de poings. On voit un policier tenté timidement de calmer son collègue. Le jeune est alors jeté au sol, et on voit ce policier donner plusieurs coups de pieds. Là encore les coups sont portés hors cadre. Les autres polices sont couchés sur lui. C'est la fin du premier épisode de violence.

Un second épisode de violence

Le premier policier est alors mis à l'écart. À ce moment là on lui enlève les menottes, pour ramener un peu le calme. Mais quand le jeune se relève il frappe un policier et l'empoignade reprend. On lui remet les menottes et le jeune est conduit dans une autre salle. Il continue d'injurier tout le monde mais le ton a baissé nettement. Quand le deuxième policier poursuivi, arrive et lui donne encore deux paires de gifles. Cette fois ce dernier est conduit assez vite hors de la pièce et la vidéo s'arrête là. Elle dure plus de dix minutes. Les deux policiers reconnaissent les faits et les regrettent. L'un des deux a baissé la tête pour ne pas voir les images. 

Supplément d'information

L'avocate des deux policiers a demandé et obtenu un supplément d'information. Elle voudrait soumettre une autre vidéo à un médecin légiste. Lors de son interpellation dans une rue de Pau par la police municipale, il a reçu un coup de poing de la part d'un policier de la ville. La scène a été filmée par une caméra de vidéo surveillance. L'avocate veut savoir si ce coup peut avoir causé le percement du tympan dont a été victime le jeune. Ce qui soulagerait les charges qui pèsent sur ses clients. Depuis cette affaire, on a bien compris que les relations entre la police nationale et la municipale de Pau sont très tendues. Le procès va reprendre le 27 octobre. 

Tout le monde a été choqué, atterré, surpris. On se dit c'est un film, mais là c'est un très mauvais film. C'est effrayant - L'avocate de la mère du mineur 

Me Simone Cassez-Deschamps, l'avocate de la mère du mineur

C'était dans un contexte violent. Le jeune a été d'emblée dans la violence. Ils ont craqué, parce qu'ils étaient excédés. Evidemment qu'ils regrettent - L'avocate des policiers

Me Alexandra Do Amaral, l'avocate des deux policiers

Choix de la station

À venir dansDanssecondess