Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Violences au Pouzin : deux participants présumés seront jugés ce mardi

lundi 3 décembre 2018 à 20:28 Par Florence Beaudet, France Bleu Drôme Ardèche et France Bleu

Deux jeunes soupçonnés d'avoir participé aux échauffourées de samedi soir au Pouzin (Ardèche) seront jugés en comparution immédiate ce mardi devant le tribunal correctionnel de Privas. Selon un dernier bilan, 23 gendarmes ont été blessés dans ces affrontements.

Dimanche après-midi, les dégâts des affrontements de la veille étaient encore bien visibles au Pouzin
Dimanche après-midi, les dégâts des affrontements de la veille étaient encore bien visibles au Pouzin © Radio France - Diane Sprimont

Le Pouzin, France

L'un est du Pouzin, l'autre de Loriol. Ces deux jeunes gens d'une vingtaine d'années ont été envoyés en prison ce lundi soir en attendant leur comparution immédiate mardi après-midi à Privas. Ils devront répondre de violences en réunion sur personnes dépositaires de l'autorité publique et de participation à des attroupements en vue de commettre des dégradations et des violences.

Entre 50 et 80 casseurs équipés pour en découdre

L'enquête se poursuit pour identifier d'autres participants à ces échauffourées qui ont duré jusqu'au milieu de la nuit de samedi à dimanche. Environ 50 à 80 casseurs casqués avec des masses et des battes de baseball ont rejoint les gilets jaunes ce soir-là et ils s'en sont pris volontairement aux forces de l'ordre. 

"Les gendarmes présents étaient là pour protéger, pas pour se faire attaquer"

Selon un dernier bilan, 23 gendarmes ont été blessés. Certains ont été touchés par des jets de pierre et ils ont eu besoin de points de suture sur le front, aux bras, aux jambes. D'autres souffrent de problèmes d'audition liés aux pétards assourdissants. Les gendarmes présents sur place au début des incidents n'étaient pas équipés pour du maintien de l'ordre, sans casque et sans bouclier. "Ils étaient là pour protéger et pas pour se faire attaquer" souligne le patron des gendarmes de l'Ardèche, le Colonel Coulbeau.