Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Violences avec armes à Nailly : à l'issue du procès, les causes de l'altercation restent inconnues

mardi 24 juillet 2018 à 20:03 Par Renaud Candelier, France Bleu Auxerre

Le 24 juin dernier, une altercation avait opposé un couple de Nailly (Yonne) à une de leurs connaissances. Ce dernier avait menacé le couple avec une arme, avant de recevoir un coup de carabine. Cet homme a été condamné ce mardi à deux ans prison par le tribunal de Sens. Le couple est relaxé.

Palais de justice de Sens (Yonne)
Palais de justice de Sens (Yonne) © Radio France - Renaud Candelier

Nailly

Les faits remontent au dimanche 24 juin 2018, quand un couple habitant le hameau de Paroy à Nailly reçoit la visite impromptue d'une de leurs connaissances, résidant à Villeperrot. 

Aucun des prévenus ne veut expliquer leur contentieux

Pour une raison que l'audience n'aura pas permis d'expliquer, une bagarre éclate entre le couple et cet homme âgé de 49 ans. D'après la femme, âgée de 50 ans, l'homme entré chez elle est porteur d'un pistolet. Alors que celui-ci s'est un peu éloigné de la propriété, le mari âgé de 65 ans se saisit d'un fusil et tire dans sa direction. L'individu est touché à la tête, au bras et à la cuisse par des plombs de calibre n°7. Mais c'est bien lui qui va être condamné par le tribunal correctionnel de Sens.

Une course-poursuite invraisemblable, une scène de démence - Maître Genest, avocat d'une partie civile

Car la victime du tir de fusil s'enfuit alors à vélo en braquant un cycliste avec son arme. Un peu plus loin, il s'empare d'un camion. Le propriétaire du véhicule voit l'arme et prend peur. Démarre alors une course-poursuite. Le camionneur volé suit le voleur avec son 4x4. Le camion fonce à vive allure entre Nailly et Pont-sur-Yonne, en passant par Saint-Sérotin. L'homme blessé par le coup de fusil finit par revenir à Nailly, où il se réfugie au café du village en demandant de l'aide. 

Le principal prévenu dément avoir tenu un pistolet

Lors de l'audience, l'habitant de Villeperrot, seul dans le box, dément avoir porté un pistolet. Pourtant, quatre personnes affirment avoir vu son arme et une expertise réalisée après l'interpellation indique la présence de particules typiques de la présence d'arme à feu. Sauf que le pistolet n'a jamais été retrouvé.

Il y a bien trois prévenus dans cette affaire - Jean-Baptiste Sirvente, substitut du procureur de la République

Si l'agression du couple habitant Nailly semble caractérisée, le mari avait-il le droit le tirer sur son agresseur ? Etait-il en état de légitime défense ? Le mari affirme que oui, car son agresseur revenait vers lui. D'après le procureur, non. "Vous dites que votre agresseur était à au moins trente mètres, à distance, il n'était donc pas dangereux. Je considère que ce tir n'était pas justifié." Une analyse que le tribunal réfute. Il reconnaît la légitime défense du couple qui est relaxé des faits de violence avec arme, mais le mari est condamné pour détention illégale d'arme. Aucun des deux n'avait été déjà condamné.

Condamné à deux ans de prison ferme

Mais le principal prévenu, lui, est en état de récidive, condamné déjà six fois, dont en 2016 pour violences avec arme et en mars 2018 pour détention illégale d'arme. "Un homme qui a eu un comportement extrêmement dangereux", commente le procureur, "avec un risque de mort, en roulant à vitesse excessive et en menaçant des gens avec un couteau et une arme de poing." Le tribunal le reconnaît coupable des faits de violence avec arme en récidive et le condamne à deux ans de prison ferme, assortis de deux mois supplémentaires pour révocation d'une peine précédente avec sursis. Il a aussi interdiction de paraître dans l'Yonne pendant trente mois, interdiction de détention d'arme pendant 5 ans. Il devra indemniser les victimes à hauteur de plusieurs milliers d'euros. Le tribunal a décidé du maintien en détention.