Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Violences conjugales : "les hommes tuent leurs femmes pour les garder"

mardi 15 août 2017 à 15:38 Par Kevin Boderau et Sandrine Morin, France Bleu Saint-Étienne Loire

Après les deux derniers homicides dans la Loire, l'association SOS violences conjugales, revient sur la difficulté pour certaines femmes de quitter leur mari. La période de rupture est notamment une période "à risque".

Image d'illustration
Image d'illustration © Radio France - Lionel VADAM

Loire, France

Deux femmes victime de violences conjugales en une semaine dans la Loire. D'abord une mère de famille, tuée à la Cotonne à Saint-Étienne le 5 août. Son conjoint a été mis en examen pour homicide volontaire. Et puis le drame de la Grand-Croix dimanche dernier, 13 août. Une femme a été tuée d’une vingtaine de coups de couteau. Son mari s’est rendu à la police quelques heures plus tard. La victime avait quitté le domicile conjugal depuis trois mois, avec ses quatre enfants.

Une période de rupture qui, souvent, s'avère très dangereuse pour Michelle Perrin, directrice de SOS violences conjugales dans la Loire : " Il y a des statistiques qui montrent que la période de séparation est une période à risque pour les femmes. La femme quitte un mari qui ne supporte pas que « sa chose » lui échappe. Les hommes tuent leurs femmes pour les garder. Pour dire : "Après moi, tu n’appartiendras pas à un autre." Alors que les femmes tuent leur mari pour s’en débarrasser. Très souvent, elles étaient déjà victimes de violences conjugales. Un jour, elles se vengent. C’est le coup de trop.

Tout quitter, tout reconstruire

On n’est pas du tout dans cette configuration pour les hommes qui tuent leur femme. C’est extrêmement compliqué pour les femmes de partir. Si les femmes ont des difficultés, c’est parce qu’elles ont peur, qu’elles sont menacées, qu’elles sont sous l'emprise d’un homme qui leur dit « sans moi tu ne te débrouilleras pas, on va te prendre tes enfants ». Il faut tout quitter, reconstruire. Vous avez 30-35 ans, vous laissez tout derrière vous.Il y a beaucoup de traumatismes liés aux violences conjugales."

Il existe un numéro gratuit pour les femmes victimes de violences : 3919. SOS violences conjugales à Saint-Étienne est installé au 96 rue Bergson