Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Violences conjugales : en France 109 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en 2017

lundi 26 novembre 2018 à 16:20 Par Viviane Le Guen, France Bleu

En 2017, 109 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en France, annonce le gouvernement ce lundi, à la veille du lancement d'une plateforme de signalement en ligne des violences sexuelles et sexistes.

Rassemblement contre les violences faites aux femmes le 6 octobre 2018 à Paris.
Rassemblement contre les violences faites aux femmes le 6 octobre 2018 à Paris. © Maxppp - Vincent Isore

109 femmes ont été tuées l'an dernier par leur conjoint ou ex-conjoint, soit près d'une tous les trois jours, contre 123 en 2016, a annoncé lundi le gouvernement, deux jours après la mobilisation de dizaines de milliers de personnes contre les violences faites aux femmes. 

À ces 109 femmes victimes, il faut ajouter 16 hommes tués par leur compagne ou ex-compagne, et 25 enfants tués dans le cadre de violences conjugales, selon des données compilées par la police et la gendarmerie.

220.000 femmes victimes de violences chaque année

"En incluant les suicides et les homicides de victimes collatérales, le nombre total de décès résultant de ces violences (conjugales) s'élève à 247 personnes", ont précisé dans un communiqué le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et la secrétaire d'Etat à l'Egalité femmes/hommes Marlène Schiappa.

Le gouvernement doit lancer mardi à Guyancourt (Yvelines) une plateforme de signalement en ligne des violences sexuelles et sexistes. Ce "portail de signalement en ligne" sera "disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7" via le site www.service-public.fr. Elle permettra aux victimes d'entrer en contact par tchat avec des policiers ou des gendarmes spécifiquement formés.

Objectif : permettre, en "quelques clics", à chacune, "de prendre un nouveau départ : pour soi, pour sa famille. Et peut-être pour éviter le pire" a fait valoir le Premier ministre, Édouard Philippe dans une tribune publiée sur Facebook dimanche.

Samedi, 50.000 personnes selon les organisatrices, dont 30.000 à Paris, ont participé aux manifestations #Noustoutes, organisées dans une cinquantaine de villes de France contre les violences sexistes et sexuelles. "C'est la plus grosse mobilisation (féministe) qu'on ait connue en France", s'est félicitée son initiatrice, Caroline De Haas.

Chaque année, près de 220.000 femmes subissent des violences de la part de leur conjoint ou ex-compagnon. En outre, plus de 250 femmes sont violées chaque jour, et une sur trois a déjà été harcelée ou agressée sexuellement au travail.