Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violences conjugales dans le sud-ouest : un centre pour prendre en charge les auteurs et prévenir la récidive

La préfecture des Pyrénées-Atlantiques et les parquets de Pau et Bayonne ont annoncé ce mercredi la création d'un dispositif pour prendre en charge les conjoints violents dans les Pyrénées-Atlantiques, les Landes et les Hautes-Pyrénées. Il permettra d'accompagner 360 personnes sur plusieurs mois.

Les procureurs de la République de Pau et Bayonne, le directeur de cabinet du Préfet des Pyrénées-Atlantiques et les associations ont présenté le dispositif ce mercredi matin.
Les procureurs de la République de Pau et Bayonne, le directeur de cabinet du Préfet des Pyrénées-Atlantiques et les associations ont présenté le dispositif ce mercredi matin. © Radio France - Manon Claverie

Un centre de prise en charge des auteurs de violences conjugales doit voir le jour dans les Pyrénées-Atlantiques, les Hautes-Pyrénées et les Landes. Ce dispositif, annoncé ce mercredi matin par les procureurs de la République de Pau et de Bayonne, le directeur de cabinet du préfet des Pyrénées-Atlantiques, l'élue paloise en charge des discriminations et les associations Ajir-AJC, porteuses du projet, prévoit de prendre en charge 360 auteurs de violences intrafamiliales sur les trois départements. 

Quelques places d'hébergement d'urgence pour les éloigner de potentielles victimes 

Il s'agit d'un accompagnement au long cours, d'environ 4 mois minimum, pendant lequel interviendront des psychologues, psychiatres, addictologues et travailleurs sociaux. Les conjoints violents pourront en bénéficier de leur propre initiative ou y seront contraints par la justice dans le cadre de mesures alternatives aux poursuites. Quatre places d'hébergement seront également proposées en Béarn et cinq au Pays basque pour éloigner rapidement les personnes les plus dangereuses de leurs victimes potentielles. 

"L'accompagnement sera composé d'un premier module socle, avec un stage de responsabilisation et des groupes de paroles, explique Laurie Sasso, directrice du pôle escale de l'association Ajir. Viendra ensuite la prise en charge psychologique, voire psychiatrique, et des addictions. Dans le second module, complémentaire, seront abordées les problématiques socio-professionnelle [aider la personne à revenir vers l'emploi, si nécessaire, par exemple] et de la parentalité. Nous réfléchirons à comment faire en sorte que les rencontres entre parents et enfants puissent s'organiser"

Prévenir la récidive

Pour la procureure de la République de Pau, Cécile Gensac, l'objectif est d'éviter la récidive, "spécifique aux auteurs de violences conjugales". Mais pour que cela fonctionne, mieux vaut que l'auteur adhère au dispositif : "Nous sommes toujours plus à l'aise, pour travailler sur une sortie de problématique, avec des gens qui la reconnaissent qu'avec des gens qui la contestent. La justice est aussi là pour enclencher cette prise de conscience, identifier les causes du passage à l'acte et permettre aux auteurs de se sortir sur le long terme de ce système de passage à l'acte." 

Prendre en charge les auteurs de violences et non plus seulement les victimes est une évolution qui n'a pas été facile à faire entendre, selon l'adjointe à la mairie de Pau en charge des discriminations, Marie-Laure Mestelan : "Jusqu'à présent nous nous occupions des conséquences, c'est à dire des victimes ou enfants. Maintenant, pour lutter contre ces violences, nous nous attaquons aux causes, c'est à dire les auteurs. Si on ne s'occupe pas des causes grâce à un traitement médico-social, les violences continueront", craint-elle. 

Des violences deux fois plus nombreuses que l'année dernière 

En 2020, avant-même le lancement du dispositif, l'association Ajir a déjà accompagné 324 conjoints violents rien qu'en Béarn. Le chiffre a doublé sur les six premiers mois de l'année 2021, en comparaison aux six premiers mois de 2020. Le dispositif, à 222 000 euros, est financé à 70 % par l'État. Les 30 % restants seront à la charge des départements et des collectivités locales, dont l'agglomération Pau Béarn Pyrénées. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess