Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Violences conjugales : des hommes se confient à Laval

dimanche 28 octobre 2018 à 21:01 Par Martin Cotta, France Bleu Mayenne et France Bleu

Responsabiliser les hommes auteurs de violences conjugales c'est l'objectif d'un groupe de parole à Laval depuis le mois de septembre. En Mayenne en 2017, plus de 350 faits de violences conjugales ont été recensés par les forces de l'ordre.

Violences conjugales (illustration)
Violences conjugales (illustration) © Maxppp - François Destoc

Laval, France

En Mayenne des hommes qui ont battu leur femme se confient. Un groupe de paroles est organisé depuis septembre à Laval. Une expérimentation à l'initiative de la Direction Régionale aux Droits des Femmes et à l'Égalité et de l'association Sauvegarde Mayenne-Sarthe. Dans notre département en 2017, plus de 350 faits de violences conjugales ont été recensés par les forces de l'ordre.

Le but de ce groupe de parole est donc de responsabiliser les auteurs, à raison d'une heure et demi tous les quinze jours le jeudi soir, autour d'une table. Pour certains le groupes de paroles est une obligation judiciaire et leurs responsabilisation passe notamment par le paiement de ces séances. "Il a été décidé d'une participation financière de chaque homme à hauteur de 20 euros par séances. Le groupe de parole comporte sept séances, soit un total de 140 euros" explique Dany Moullet le directeur du service investigation et d'appui au pénal à l'association Sauvegarde Mayenne Sarthe. "C'est ici la question du symbolique qui est en jeu. Participer financièrement à la séance permet de se responsabiliser" termine ce professionnel. 

"Bien souvent on entend leur propre violence comme une réponse à une première violence"

En ce moment quatre hommes composent le groupe de paroles, âgés de 25 à 50 ans. Ils ont frappé leurs conjointes et certains se présentent d'abord comme des victimes d'après Jennifer Launay, la co-animatrice et éducatrice spécialisée. "Il ne faut pas en faire une généralité mais bien souvent on entend leur propre violence comme une réponse à une première violence, dans le cadre d'une légitime défense. Le problème c'est que ça on ne le sait pas, nous n'étions pas là, mais quoiqu'il arrive c'est une parole que l'on se doit de recueillir" déclare Jennifer Launay. 

Mettre des mots sur leurs actes, parler du rôle de l'enfant souvent témoin des scènes de violences, c'est l'objectif de ce groupe de parole. Trois mois après la dernière séance, l'association Sauvegarde Mayenne Sarthe prend des nouvelles par téléphone avec l'homme. Le taux de récidive en France est faible d'après les services de l'État. 80% des hommes ne recommencent pas. Les volontaires peuvent aussi participer à ces séances après un entretien individuel. Pour ce faire : contacter l'association au 02.43.66.01.55.