Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violences conjugales : elle écrit aux gendarmes du Gard pour les remercier

-
Par , , France Bleu Gard Lozère, France Bleu

C'est un témoignage exclusif de France Bleu Gard Lozère extrêmement émouvant. La brigade d'Anduze (Gard) vient de recevoir une lettre de remerciement de la part d'une femme victime de harcèlement. Cette dame de 50 ans a reçu notamment près de 2.800 SMS en deux mois.

La lettre de remerciements aux gendarmes du Gard, de la part d'une femme victime de violences conjugales
La lettre de remerciements aux gendarmes du Gard, de la part d'une femme victime de violences conjugales © Radio France - Gendarmerie du Gard

Le 21 janvier dernier, une femme victime de harcèlement et de violences physiques de la part son ex-compagnon se présente à la brigade d'Anduze. Elle est immédiatement prise en charge. La gendarme qui la reçoit est référente en matière de violences intra-familiales. Sandrine, 50 ans, doit son salut à l'intervention du groupement de gendarmerie, et à sa qualité d'écoute. Elle confie ce jour, sur France Bleu Gard Lozère : "Elle a fait un travail exceptionnel. Elle m'a sauvée d'une mort certaine. J'étais décidée à passer le cap."

"J'étais au bout du bout, usée (...) j'étais décidée. J'ai dit à la gendarme : "si vous ne faites pas quelque chose, je disparais de la planète" - Sandrine, au micro France Bleu Gard Lozère

"La gendarmerie d'Anduze m'a sauvé la vie" Témoignage de Sandrine

Pendant deux mois, Sandrine a vécu un enfer. "Je ne sais pas si vous savez ce que c'est que 2.800 SMS, confie-t-elle, ça sonne la nuit, ça sonne le jour". Elle raconte avoir été harcelée quotidiennement depuis sa séparation. "Je sortais de chez moi, je centralisais les portes de la voiture, explique-t-elle, j'avais l'impression d'être traquée. Sans parler des menaces : je vais t'attraper, etc".

2.680 SMS lui sont adressés en deux mois, dont de nombreux très obscènes. "Il la suit en véhicule, n'hésitant pas à lui barrer la route pour l'injurier en public", explique la gendarmerie qui précise qu'en début d'année, il l'attend à la sortie d'un rendez vous et l'agresse physiquement sur la voie publique.

"J'ai été remarquablement accueillie à la gendarmerie. La gendarme, très détendue, très souriante, m'a mise en confiance. Elle m'a prise en charge, a pris mon téléphone, a constaté le harcèlement" - Sandrine

"C'était un enfer" confie Sandrine, qui a reçu plsu de 2800 sms en 2 mois

L'homme a été interpellé. Il est sous contrôle judiciaire assorti de mesures strictes dans l'attente du renvoi de la procédure en correctionnelle à une date ultérieure.

Pendant le Grenelle des violences conjugales, la question du dépôt de plainte a été identifiée comme un enjeu de taille, et de nombreuses associations sont montées au créneau pour sensibiliser la police et la gendarmerie. 

"Porter plainte ? Ce pas est compliqué à faire, c'est un tournant de sa vie, mais il faut vraiment le faire. C'est pesant, parce que de l'autre côté, on a le papa des enfants, mais il faut passer le cap" - Sandrine

Sandrine : "Déposer un plainte, c'est difficile, mais il faut vraiment le faire"

En novembre dernier, 30 mesures ont été présentées dans le département du Gard pour lutter contre les violences conjugales. 

À réécouter : un témoignage poignant, là encore sur France Bleu Gard Lozère, le 19 novembre dernier. Celui d'Emilie, qui représente désormais depuis quelques mois l'association "Putains de guerrières", dans le département  du Gard. Elle a du quitter sa région d'origine pour être à l'abri des violences de son ancien conjoint avec qui elle vivait avec ses deux enfants.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu