Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violences conjugales : "je n'ai connu que ça, je pensais que c'était normal" témoigne Jennifer

-
Par , France Bleu Mayenne

Jennifer, une Mayennaise de 38 ans, maman de 2 enfants, a vécu 11 ans avec un homme violent. Elle est sortie de cet enfer il y a quelques mois seulement, quand son ex-mari a failli s'en prendre à son fils. Jennifer était l'invitée de la matinale, ce vendredi 16 octobre, à 8 heures 08.

Manifestation contre les violences conjugales
Manifestation contre les violences conjugales © Radio France - Victor Vasseur

Jennifer a rencontré son conjoint il y a 11 ans : "c'est moi qui suis allée vers lui, j'ai vu qu'il avait des excès de violence, car il y avait des traces de coups sur les portes, les violences ont commencé quand j'ai eu mon premier enfant." Humiliations, coups, dès que Jennifer le contredisait, ça partait : "c'était quelqu'un de très fier, cela s'est enchaîné au fur et à mesure , comme si j'étais sa chose, j'étais envoûtée. Moi je dis qu'il a pris la moitié de mon âme, on est complètement effacée et pour retrouver sa propre identité, c'est pas évident."

Le premier coup je m'en souviens très bien, c'était devant mes enfants, je donnais le bain, j'avais un problème au bras droit, il m'a donné un coup dessus- Jennifer

Jennifer a vécu 11 ans dans une angoisse quotidienne : "quand il rentrait du travail,  j'essayais de préparer le dîner, je loupais tous les repas, je cramais tout, je savais quand il arrivait le soir, s'il avait bu, je savais qu'il fallait que je couche les enfants, je fermais même la porte des enfants à clé parce que j'avais peur qu'il casse tout et je ne voulais pas que les enfants voient ça."

Une enfance elle aussi marquée par la violence en famille d'accueil

Jennifer n'a pas été gâtée par la vie. La violence est entrée dans sa vie très tôt : "pour moi, c'était normal. _J'étais tapée par mon père en famille d'accueil. Je n'ai connu que ça,  je pensais que la vie c'était ça_, et au fur et à mesure du temps, je me suis réveillée. J'ai fait une dépression, _j'ai perdu 35 kilos et c'est là que je me suis dit, il faut que je sauve mes enfants."_Aujourd'hui, Jennifer a quitté son ex-mari, elle vit avec ses deux enfants, elle tente de se reconstruire et cela passe par l'écriture. Elle a écrit une chanson, elle finit une BD, compte écrire un livre témoignage mais aussi créer une association pour aider des femmes qui comme elle sont victimes de conjoint violent.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess