Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violences conjugales, les bracelets anti rapprochement sont arrivés sur la juridiction de la Haute-Saône

-
Par , France Bleu Besançon

Les bracelets anti rapprochement, outils pour la lutte contre les violences conjugales arrivent dans les juridictions. En Haute-Saône, quatre bracelets sont arrivés.

Bracelet anti rapprochement et le tracker GPS pour luter contre les violences conjugales.
Bracelet anti rapprochement et le tracker GPS pour luter contre les violences conjugales. © Radio France - Jean-François Fernandez

Il se présente comme un bracelet montre, il est assorti d'un boîtier tracker GPS. L'objectif du bracelet anti rapprochement est de protéger et prévenir les victimes de violences conjugales.

Un dispositif qui s'adresse iniquement à des auteurs majeurs de violences conjugales, avec accord de la victime.

4 bracelets sont a disposition pour la juridiction de la Haute Saône, un est déjà en service sur une personne condamnée pour violence conjugales.

Bracelet anti rapprochement pour luter contre les violences conjugales.
Bracelet anti rapprochement pour luter contre les violences conjugales. © Radio France - Jean-François Fernandez

Un fonctionnement simple.

L'auteur porte un bracelet et un tracker GPS, la victime porte elle un tracker. Au moment de la décision prise par la justice, des zones sont déterminées, de 1 à 10 km pour la zone d'alerte, et de une zone de pré alerte qui est du double de la précédente. Si l'auteur se rapproche trop de sa victime et entre dans la zone identifié, une alerte est donnée. Aussitôt, l'auteur reçoit un appel téléphonique lui indiquant qu'il doit sortir de cette zone. S'il ne s'exécute pas, des policiers ou gendarmes viennent alors l'interpeller.

A noter que une personne sur trois incarcérée à la maison d'arrêt de Vesoul l'est pour violences conjugales.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess