Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violences conjugales : les victimes peuvent désormais porter plainte aux urgences de la clinique de Lunel

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Aussitôt proposée, aussitôt appliquée. Alors que l'idée d'une généralisation du dépôt de plainte dans les hôpitaux avait été énoncée en septembre par le gouvernement, la clinique Via Domitia de Lunel a signé une convention avec la gendarmerie pour mettre en place ce dispositif.

Le service des urgences de la clinique Via Domitia est le premier en Languedoc-Roussillon à proposer le dépôt de plainte aux victimes de violences conjugales.
Le service des urgences de la clinique Via Domitia est le premier en Languedoc-Roussillon à proposer le dépôt de plainte aux victimes de violences conjugales. - Google Maps

Le service des urgences de la clinique Via Domitia, à Lunel, est le premier dans le Languedoc-Roussillon à proposer le dépôt de plainte aux victimes de violences conjugales. Une convention a été signée avec la brigade de gendarmerie de Lunel ce lundi 25 novembre pour formaliser ce dispositif.

"L'objectif est double, détaille le général Jean-Valéry Lettermann, responsable de la gendarmerie pour l'Hérault et le Languedoc-Roussillon. Il est d'abord de simplifier les démarches des victimes. Et puis dans notre pays, il faut continuer à progresser dans la lutte contre les violences conjugales. On a fait un certain nombre d'annonces, dans le cadre du grenelle en la matière, il s'agit maintenant de mettre ses annonces concrètement en oeuvre."

200 victimes avérées de violences conjugales chaque année 

A présent, une personne victime de violences conjugales et qui le verbalise comme tel auprès du personnel soignant de la clinique peut déposer plainte au sein même de l'hôpital. "Si elle estime qu'elle ne se sent pas capable de se rendre au poste, pour des raisons psychologiques, physique, de santé ou pour des raisons d'insécurité : c'est la gendarmerie qui vient ici, recueillir cette parole et amener cette plainte auprès du procureur de la République, décrit le général Jean-Valéry Lettermann. Les 59 gendarmes de la brigade de Lunel vont être formés à cette mission. 

La convention entre la clinique et les gendarmes de Lunel a été signée en présence du maire Claude Arnaud et du député Patrick Vignal.
La convention entre la clinique et les gendarmes de Lunel a été signée en présence du maire Claude Arnaud et du député Patrick Vignal. © Radio France - Marie Roussel

Pour cela, les représentants des forces de l'ordre peuvent se rendre à la clinique en civil, afin d'assurer la sécurité et la discrétion du déplacement. Un passage à l'abri des regards leur est réservé. "Le fait que le militaire de gendarmerie recueille la plainte dans un environnement sécurisé, en toute confidentialité, va permettre à la personne d'essayer de tendre vers la reconstruction", ajoute Yann Reynaud, le directeur de la clinique Via Domitia. 

Si elle ne veut pas : c'est toujours la santé qui prime" - l'infirmière référente

Tout cela à condition, bien sûr, que la victime de violences conjugales donne son feu vert. "On est un peu coincés quand on reçoit des personnes qui nous disent qu'elles ont fait une chute dans la rue, qu'elles sont tombées dans des escaliers : on n'a pas le droit de dire qu'il s'est passé autre chose, explique l'infirmière référente. On peut lui dire : vous êtes sûre, est-ce que vous voulez parler de ce qu'il s'est passé, est-ce que c'est la première fois que vous tombez ? On peut essayer avec des questions détournées de faire parler la victime mais si elle ne veut pas : c'est toujours la santé qui prime."

Ce bureau de la clinique Via Domitia est mis à la disposition des gendarmes pour les dépôts de plainte.
Ce bureau de la clinique Via Domitia est mis à la disposition des gendarmes pour les dépôts de plainte. © Radio France - Marie Roussel

Le service des urgences de Lunel prend en charge chaque année près de 200 cas avérés de violences conjugales. 

3919, le numéro d’écoute national destiné aux femmes victimes de violences, à leur entourage et aux professionnels concernés. C'est un appel anonyme et gratuit 7 jours sur 7, de 9h à 22h du lundi au vendredi et de 9h à 18h les samedis, dimanches et jours fériés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess