Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Violences conjugales : quatre hommes cogneurs en garde à vue au commissariat de Nantes

-
Par , France Bleu Loire Océan

La soirée de vendredi a été particulièrement chargée à Nantes en matière de violences conjugales. Quatre compagnons violents à l'égard de leur femme ont été placés en garde à vue.

La violence conjugale, une "thématique qui revient tous les weekends" au commissariat de police de Nantes (photo d'illustration)
La violence conjugale, une "thématique qui revient tous les weekends" au commissariat de police de Nantes (photo d'illustration) © Maxppp -

Nantes, France

La police explique intervenir souvent le weekend pour des violences conjugales, mais à cette fréquence c'est inhabituel. 18h30, 20h, 20h20 puis minuit. Le commissariat de Nantes est intervenu à quatre reprises vendredi soir dans les foyers de la périphérie nantaise. Trois fois à Saint-Herblain, une fois à Rezé. Alertée par des voisins ou par les femmes victimes elles-mêmes. 

Quatre compagnons ont été placés en garde à vue. Ils ont 51, 38, 32 et 31 ans.  L'un est accusé d'avoir frappé sa compagne avec un morceau de bois, d'autres s'en sont pris à leur conjointe à mains nues tandis que le plus violent des quatre a sorti un couteau et menacé de mort la femme avec qui il partage sa vie. 

La plupart étaient saouls et très énervés à l'arrivée de la police. 

Le commissariat ne ne s'explique pas ce pic de violences conjugales. 

Rappelons qu'il arrive dans un contexte de libération de la parole, quelques semaines après le lancement du Grenelle des violences conjugales.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu