Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violences conjugales : une formation pour les pompiers et les policiers municipaux

Depuis quelques années les policiers nationaux et gendarmes sont formés à la détection et la gestion des violences faites aux femmes. Pour les pompiers et policiers municipaux c'est tout récent. En Normandie la première session vient de se dérouler au Havre.

Des pompiers et policiers municipaux sont formés pour la première fois afin de mieux comprendre et détecter les violences conjugales
Des pompiers et policiers municipaux sont formés pour la première fois afin de mieux comprendre et détecter les violences conjugales © Radio France - Amélie Bonté

Comment reconnaître des violences conjugales quand on est pompier ou policier municipal ? Cette question, ces agents se la posent souvent en intervention. Peur de se tromper, d'empiéter sur la vie privée ou bien de ne pas savoir comment accompagner une victime... Alors pour les aider à détecter ces violences faites aux femmes, dans la grands majorité des cas, une formation a lieu en ce moment au Havre. Pour les policiers nationaux et gendarmes, ce type de formation existe déjà et est obligatoire mais pour les pompiers et policiers municipaux, c'est une première.

Une première formation pour les pompiers et les policiers municipaux

Dans la salle de formation, ils sont trois pompiers professionnels de Seine-Maritime et deux policiers municipaux de l'Eure et du Calvados. Tous avouent la difficulté de gérer les situations de violences conjugales lors d'une intervention, comme Grégory qui est pompier à Fécamp : "On peut être appelé pour un malaise et en arrivant sur place c'est autre chose, des gens avec des ecchymoses. Le malaise peut être dû à des violences intra-familiale"

On est beaucoup plus appelé maintenant pour faire du social que les incendies" raconte Grégory, pompier professionnel

Au terme de ces deux jours de formation, ces professionnels vont repartir avec des clés aussi bien pour eux que pour les victimes.Delphine Hervieu est l'une des juriste du CIDFF, le centre d'information sur le droit des femmes et des familles :

Ils ont pas le temps de tout expliquer mais au moins dire aux victimes, vous pouvez aller voir telle association, un avocat..."

Des exemples de situation qui laissent les stagiaires un peu abasourdis

A chaque exemple réel donné par les formatrices, les stagiaires sont stupéfaits : cet homme qui pose un cadenas sur le frigo pour empêcher sa femme de manger ; cette femme qui gagne 3 000€ par mois qui est persuadée qu'elle n'arrivera pas à s'en sortir financièrement si elle quitte son mari violent. Pas facile donc pour ces pompiers ou policiers municipaux de repérer ces situations surtout quand les femmes elles-mêmes n'en ont pas conscience, ce qui est souvent le cas explique Géraldine Ronseray, psychologue au CIDFF : 

Pour la majorité du public, les violences familiales sont considérées comme quelque chose qui se passe à la maison qui est de l'ordre de l'intime"

ECOUTEZ Le reportage GRAND ANGLE d'Amélie Bonté

Il faut éviter de culpabiliser la victime en lui disant qu'elle aurait dû prendre des décisions avant. Si elle se sent coupable de quelque chose, elle ne va pas aller dénoncer les faits par la suite." détaille la psychologue du CIDFF. 

Avant 2000, il n'existait pas de statistiques sur les violences conjugales. Ces dernières années, les formations pour les policiers, pompiers ou gendarmes n'étaient pas harmonisées. D'où la volonté du gouvernement dans la lignée du Grenelle des violences conjugales qui a eu lieu l'année dernière, Hugues Demoulin est le directeur régional au droit des femmes et pour l'égalité femmes-hommes : 

L'ensemble des personnes qui interviennent auront suivi la même formation. Chacun doit comprendre son rôle et on a une complémentarité à jouer entre les différents acteurs sur un même territoire."

D'autant qu'une femme sur 10 est confrontée dans sa vie à des violences conjugales, qu'elles soient psychologiques, physiques, sexuelles ou économiques.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess